Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)


Il y a quelques mois suite à l’été sec et caniculaire dans l’article les championnes du régime sans eau  (voir l'article en question)  j’avais dressé le bilan des plantes résistantes ou non à la sécheresse.

Mes hortensias macrophylla et serrata faisaient partie des mauvais élèves et lasse de les arroser sans cesse, j’avais envisagé leur déplacement à l’ombre, installés dans de grandes bassines en acier galvanisé percées à 5 cm du fonds afin de constituer une réserve d’eau.


L’endroit choisi est en lisière du bois sous les lilas, au milieu du lierre qui sert de couvre sol et qui donne à l’endroit un je ne sais quoi de mélancolique et d’abandonné.

Cet espace lorsque nous sommes arrivés, il y a huit ans, était une sorte de fourré rempli de lilas et de seringats moribonds colonisés par le lierre et la vigne vierge et étouffés par un gros buisson de mahonias. 

début 2009 derrière la cabane, les deux bouleaux couverts de lierre
marquent l'entrée de la clairière qui était alors un taillis épais 
Nous avons dégagés les arbustes encore viables, éradiqué la vigne vierge et réduit les mahonias à quelques touffes de taille raisonnable.

au printemps 2016 un endroit sans intérêt

en octobre le massif terminé, le feuillage rouge de l'euonymus planipes capte le regard
Cela a abouti à la création d’une petite clairière derrière les seringats, un cul de sac resté pendant plusieurs années inexploité. 

au printemps 2016 la clairière
Jusqu’à l’année dernière, où Gilles avec la tondeuse a tracé dans le lierre, entre les lilas, un sentier. Du coup, l’espace que nous n’utilisions pas devient un lieu de promenade vers le massif des abeilles.

les sentiers tracés par Gilles dans le lierre
La semaine dernière je vous présentais mon idée de bois jardiné (lien vers l'article en cliquant ici), en voici donc une première illustration. 

A l’orée de notre bois, à l’ombre des bouleaux et d’un conifère,  j’ai ajouté quelques arbustes pour encadrer le sentier sur un des côtés. 

le bois au printemps avant la création à droite du nouveau massif
le même endroit après les plantations et l'installation des bassines

dans l'autre sens, en remontant vers la maison, le massif des bassines se situera sur la gauche

la même vue au cadrage plus serré,
la terre noire provient des mauvaises herbes laissées à composter
 enfermées dans des sacs pendant une année et épendues au sol

De l’autre côté, la bouillée de lilas fatiguée, a été rajeunie. Taillée cet été en transparence afin de dégager les troncs, évidée en son centre, elle s’est métamorphosée en un rideau de tiges. 

les lilas taillés en transparence se transforment en un léger rideau 
De part et d’autre du sentier, les bassines plantées d’hortensias et de vivaces d’ombre, anémones, rodgersias et cimicifugas (également en pleine souffrance cet été) émergent d’entre les verticales et ponctuent la promenade.

début de l'installation des bassines

de l'autre côté

le clethra barbinervis dans son feuillage d'automne

début du sauvetage des hortensias survivants

heucherella buttered rum pour poursuivre dans les tons caramels

betula nana "golden treasure" au lumineux feuillage ne dépassera pas un mètre

ligustrum ibota musli "muster" au feuillage persistant panaché
tranchera sur le lierre qui va revenir coloniser l'espace alentour 

Il me reste encore des bassines en stock. Si ça fonctionne bien je pourrai installer au milieu de mes lilas des hydrangea aspéra dont je rêve depuis si longtemps...

avec un rayon de soleil tout s'illumine
Bien sûr tout cela est minuscule et appelé à grandir dans les années qui viennent. 



les fruits de l'euonymus planipes, arbuste phare de ce nouveau massif

Commentaires

  1. Waouhhhhhh ! Quel travail, ton bois va devenir un vrai but de balade ton jardin. Toutes ces plantations d'arbustes au beau feuillage constitueront des focales, ce sentier une excellente idée, cette collection de bassines : j'adore. J'ai testé les hydrangeas en bassine, tu te méfieras ils ont tendance à s'étioler au bout de quelques années
    Tu féliciteras ton époux aussi de ma part : le résultat est déjà superbe
    Bises et belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Jacqueline,
      Oui le but c'est que le bois devienne un endroit aussi attractif que le jardin. Dans ce lieu qui était cultivé et entretenu il y a environ une cinquantaine d'années et que le bois à colonisé j'ai trouvé que les bassines seraient à leur place.
      Gilles a souvent en matière d'utilisation d'espace des intuitions qui se révèlent justes car son passage avec la tondeuse a permis d'ouvrir une promenade et du coup de faire exister ce qui avant n'avait pour nous aucun intérêt auparavant.
      Bonne journée à toi aussi.

      Supprimer
  2. Quel travail ! Cet endroit sera bientôt très fleuri. Tes hortensias à l'ombre total te diront merci d'avoir su trouver une place qui les convenait mieux. Bon week-end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Lulu,
      Petit à petit j'avance, j'espère que les végétaux seront assez solides et tiendront leurs promesses. J'espère enfin pouvoir conserver ainsi mes hortensias car j'adore ces plantes et je me désolais de les voir dans cet état. Si ça marche je pourrai en acheter d'autres...
      Bises

      Supprimer
  3. Ah voilà! moi qui cherchais désespérément des bassines je sais ou elles sont maintenant tu as dévalisé toutes les brocantes!!!;-))Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. salut Isa,
      Eh oui c'est moi ;) !
      Plus sérieusement je ne fais pas les brocantes, j'ai quelqu'un qui collecte pour moi ces bassines qui n'ont aucune valeur en campagne et que les gens jettent.
      Bonne soirée

      Supprimer
  4. Et bien ça prend forme , ce petit bois jardiné.J'adopte le petit Bétula nana très intéressant pour son feuillage et sa petite taille .Pour tes hortensias en bassine , j'ai un doute! J' ai deux macro en bacs à l'ombre dans le "jardin secret" et deux en pleine terre à l'ombre également. J'ai dû arroser ceux en bacs tous les deux jours cet été particulièrement chaud ,et tous les cinq jours ceux en pleine terre.Mais ce n'est que mon expérience et la tienne est très intéressante .Tu nous raconteras.Il est vrai que je n'ai pas mis de tourbe dans les bacs , étant contre.Ca joue certainement.Bises et belle semaine un peu tristounette mais il fallait bien de l'eau .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Maryse,
      J'ai travaillée comme un forcenée, j'ai même créé un second massif le week-end dernier dont je parlerai dans un prochain article.
      Le bétula est des mes acquisitions ramenée de mon escapade belge ainsi que le clétha et le ligustrum.
      Pour mes hortensias en bac j'ai créé une réseve d'eau en les faisant percer à 5 cm sur le côté et comblé de tesson de pot et de tuile et recouvert d'un feutre géotextile par dessus pour que la terre ne vienne pas combler l'espace. J'ai planté mes hortensia dans un mélange 3/4 terre de jardin et 1/4 terreau.
      J'en ai un depuis 4 ou 5 ans qui survit très bien dans ces conditions et que je n'ai arrosé que toutes les semaines lors de la canicule contre tous les 2 jours pour les autres.
      Tout comme toi je pense à la sauvegarde des tourbières et la tourbe est bannie aussi chez moi.
      Bises
      Oui le temps est mélancolique mais ça a aussi son charme. Et puis... on a besoin d'eau tu as raison.

      Supprimer
  5. Cet euonymus planipes, quelle merveille! Je l'admire chaque semaine en rendant visite à une amie... Jolie palette de nouveaux arbustes! je me souviens de ce petit bouleau que tu n'as pas voulu me laisser en pension lors de votre visite chez moi! Mignon comme tout! Et coup de coeur aussi pour ton clethra barbinervis!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Malo,
      Je sens que je vais aller explorer le genre euonymus : en plus du planinipes, je viens d'acheter un alayus compactus. j'ai également envie de l'euonymmus grandiflorus "red wine" et du hamiltonianus "indian summer" pour un prochain massif.
      Le betula nana a perdu toutes ses feuilles maintenant, j'ai lui que son espèce subsistait de la dernière glaciation et ça me plait beaucoup.
      Quand au clethra barbinervis, la cerise sur le gateau c'est que sa ploraison estivale est mellifère...
      Bises

      Supprimer
  6. Il promet votre bois jardiné quand il arrivera à maturité. Séduite par l'idée du sentier des bassines. Une idée qui invitera originalement à la visite du sous-bois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis impatiente de voir au printemps ce que ça va donner. Ces bassines m'offrent de nouvelles possibilités et de nouvelles combinaisons de plantes. Je sens que je vais me régaler...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

Les championnes du régime sans eau

La bouture à l’étouffée

Paul transon, un gentil géant.

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence

La floraison des rosiers

Un an ensemble