Le bois jardiné



Nous avons, sur notre terrain, une partie arborée d’environ 2000 m2 que nous appelons « le bois ». C’est un endroit où le sauvage a repris ses droits même si on peut lire ici et là les traces d’un passé cultivé. Beaucoup d’arbres qui s’y trouvent ont poussé naturellement : les noisetiers, érables, trembles et marronniers. Pour d’autres ce sont les hommes qui les ont plantés : certains bouleaux avaient encore leurs piquets et les lilas ainsi que les conifères ne poussent pas spontanément par ici.

Le bois à notre arrivée, triste et laissé à l'abandon. Au fonds un taillis rempli d'arbres morts.

Quelques mois plus tard après un premier nettoyage

Lorsque nous sommes arrivés, nous avons abattu les arbres morts ou moribonds faisant évoluer l’endroit d’un taillis oppressant en un lieu plus aéré. Finalement nous avons conservé peu d’arbres, les trembles et les noisetiers occupant toute la canopée. Nous avons commencé à replanter : quelques hêtres, des cornus mas et un châtaigner.


Défrichage d'une partie dégageant un chêne et des érables sur la gauche.
A droite le châtaignier que nous avons planté.

le même lieu vu de l'intérieur du bois avec sur la droite les cornus mas

Quelle cohérence donner à cet espace ?
Qu’est-ce qu’un bois ? un endroit sauvage ou aménagé ?

Pour préciser ma pensée, les forêts primaires (qui n’ont jamais été exploitées) n’existent plus en France métropolitaine. Les belles forêts que nous connaissons sont toutes modelées par l’homme.
Je m’inscris totalement dans cette vision, notre bois ne sera pas laissé à lui-même.


Nous avons décidé de le découper en trois zones :
A l’avant, pour casser l’impression de muraille verte l’été, la création de massifs composés d’arbustes et de vivaces,  permettra au regard de monter progressivement vers le bois. Le choix des feuillages sera déterminant,  clairs ou foncés pour trancher avec le vert prédominant des grands arbres.

la muraille verte


Le sureau black lace et son feuillage sombre qui tranche sur le vert ambiant.

A la lisière, les espaces seront jardinés légèrement principalement par l’ajout d’arbustes et de fleurs poussant à l’ombre des grands arbres. Le lierre et le carex sylvestris seront conservés en couvre-sol.

Au centre, ce sera le domaine du sauvage. Notre intervention se limitera à la plantation de quelques arbres à grand développement et à un fauchage par an si nécessaire. Des allées et des haies serviront de délimitation.

Mais… que planter ? 

J’aime le naturel, je ne veux pas transformer cet espace en parc, je tiens à conserver une part de hasard et de non cultivé.
D’un autre côté, le défaut des espèces locales, c’est leur manque d’attrait. Passe encore pour les érables et les marronniers qui commencent à avoir une belle ampleur et dont la floraison ainsi que les couleurs d’automne peuvent être belles ; mais le reste n’est ni intéressant ni beau.

Le feuillage doré des érables l'automne, en dessous le massif des abeilles.

Le déclic m’est venu récemment lors de la plantation  d’un arbuste, un euonymus planipes. Une fois installé dans le sous-bois, il semblait avoir toujours été là. En plus, son superbe feuillage flamboyant devenait un phare pour nos yeux, captant notre regard au milieu des lilas éteints.

l'euonymus planipes et son feuillage automnal

Il me faut donc trouver des arbres qui ressemblent à nos espèces autochtones mais qui à une époque de l’année sont exceptionnels.  
Par exemple je ne pourrais pas installer d’acer palmatum, trop typé jardin japonisant, trop reconnaissable ; par contre un acer griséum, plus discret, ça passe… des aubépines, des rubus, des aulnes impérialis, d’autres euonymus…

Si vous avez des suggestions je suis preneuse…



Le bois jardiné c’est donc ça : garder l’aspect sauvage avec des arbres indigènes et le sublimer avec quelques espèces plus rares.

Commentaires

  1. Vous avez bien avancé dans ce bois, un bon nettoyage et maintenant place aux idées ! Tes projets sont intéressants et surtout cohérents . Et puis 2000 m2 de bois c'est une aubaine.
    Je pense à des noisetiers à feuilles rouges, ils ne montent pas trop haut, et des arbres offrant de belles écorces à défaut de belles couleurs.
    Bonne fin de soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Jacqueline,
      En fait 2000m2 c'est à la fois grand et... petit. Car de grands arbres ça prend de la place.
      Je vais essayer de planter étagé à certains endroits des arbustes sous les arbres pour ne pas avoir de sous-bois vide.
      J'ai un noisetier tortueux à feuillage pourpre et je songe aussi à acheter quelques bouleaux avec de belles écorces.
      Bonne soirée et merci pour tes idées.

      Supprimer
  2. coucou,
    Un sacré nettoyage pour une partie boisée qui doit être un lieu privilégié lorsque de fortes chaleurs et de températures accablantes, c'est un bel espace à domestiquer effectivement
    Peut être qu'un arbre de judée ou un Micocoulier ou quelques fruitiers pourraient donner et de la couleur et des fruits en plus du bois ;-)
    je n'ai pas assez de connaissances cependant pour imaginer pouvoir être la meilleure conseillère mais je rajouterais de la couleur pour la profondeur, ça n'appartient qu'à moi ;-)
    belle semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Gros nettoyage effectivement et encore à l'époque on a pas pris des photos des ailantes qui en envahissaient une partie et de la vigne vierge à la place de la pelouse!!!
      Je suis d'accord avec ton idée d'arbre de Judée, j'en ai déjà planté un à feuillage jaune "heart of gold" et j'ai commandé "forest pansy". Je vais voir de ce pas à quoi ressemble un micocoulier. Pour les fruitiers nous avons recréés un verger dans une partie que le bois avait envahi et je pense installer des muriers car ça supporte une ombre légère et ça produit des mures pour les gourmands.
      J'adhère aussi à ton idée de couleur pour l'effet de profondeur.
      Bonne semaine

      Supprimer
  3. Désolée, je ne pourrai pas te faire de suggestions mais j'aime beaucoup ton idée. Quelle chance d'avoir ce bois. Je me suis promenée hier dans le parc du château des scouts qui est unbois entretenu avec quelques espèces flamboyantes mais je n'y connais rien du tout. Il y avait quelque chose qui aurait pu être un ginko ( je ne me suis pas approchée pour voir les feuilles). La seule chose que j'ai reconnu sont des buis devenus arbres.
    Bises et bonne semaine.
    Caroline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Caroline,
      Tu résumes bien mon idée : un bois entretenu avec quelques espèces flamboyantes.
      Mais pas facile de trouver l'équilibre, pour le ginko j'aime beaucoup le doré automnal mais je trouve ces arbres encore un peu trop exotiques. Je ne planterai pas de buis non plus (pas parce que je n'aime pas, au contraire je les adore...) mais la pyrale sévit et ça pousse trop lentement. Mais je suis d'accord il faut aussi des persistants car sinon le bois devient transparent en hiver et c'est dommage. Pour avoir un résultat plus rapidement je compte planter des viburnum tinus. Ca me semble un bon compromis entre l'esthétique et le pratique.
      Bises

      Supprimer
  4. Très intéressant ton article. Je ne sais plus si tu comptes le faire, mais moi j'aimerais si j'avais un grand bois comme ça: créer un chemin de promenade. Concernant les arbustes, je m'y connais moins... Mais des vivaces d'ombres seraient très sympas... Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Béné,
      ravie que tu trouves mon article intéressant, justement je me demandais en le publiant si ça allait intéresser quelqu'un...
      Un chemin de promenade, c'est une jolie suggestion. Elle me plait bien cette idée de déambulation. En fait, Gilles à commencé à créer de nouveau sentiers et c'est très sympas et inspirant... Je te montrerais ça dans un prochain article.
      Bisous et bonne semaine

      Supprimer
  5. C'est toute une réflexion particulière à avoir pour la mise au propre et la reconstruction de ce bois jardiné. Mais je trouve que ton cheminement est déjà bien avancé. Plus qu'à planter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Lulu,
      Je ne peux rien faire s'y je ne vois pas un sens, un but à ce que je fais... Et je viens de trouver... Je vais pouvoir avancer.
      Bonne semaine

      Supprimer
  6. Je ne saurais pas te conseiller, je ne me suis jamais posée la question vue la petitesse de mon jardin, pour moi l'idéal serait des arbres qui fleurissent au printemps, qui donnent des fruits, qui flamboient en automne et qu'ils aient, pour finir, une belle écorce...quoi j'en demande trop;-))Bonne chance dans tes recherches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Isa,
      Je suis d'accord avec toi, pour générer des émotions fortes, il faut l'intensité de floraisons printanières ou de flamboiements automnaux, par contre, fruits et écorces sont des détails qui rehaussent tout en restant plus discrets.
      Maintenant que je sais ce que je veux, je vais me mettre en chasse et cette recherche est jubilatoire!
      Bonne semaine

      Supprimer
  7. Bonjour Béné,
    2000 m2, à mon échelle de centre-villoise, c'est énorme !
    Personnellement, j'aime bien l'idée du parc mais à la campagne, est-ce naturel ? Ta vision des choses semblent plus juste : un bois avec une part de sauvage. Pas trop d'arbres tout de même, au risque de boucher les perspectives et de se sentir étouffé.
    J'aime bien les arbres qui offrent des couleurs flamboyantes à l'automne.
    Quant à te donner des pistes d'espèces, là j'en suis bien incapable !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Alix,
      A moi aussi l'idée du parc ne me semblait artificielle. Si encore j'avais habité un chateau, mais une ancienne ferme ça aurait fait bizarre non?
      Nous avons de larges allées qui vont nous permettre de garder de belles perspectives, mais il va falloir replanter tout de même pas mal car j'aimerais fermer certains endroits au regard. Je ne veux pas voir à travers... La aussi il y a un équilibre à trouver entre transparence et opacité. Exercice difficile...
      Bises

      Supprimer
  8. Votre démarche est très intéressante car elle situe bien la pensée paradoxale du jardinier qui tente de créer son concept de jardin naturel. A ce propos la pensée de Gilles Clément est particulièrement édifiante de même que celle de Piet Oudolf sur les paysages herbacés.
    Pour notre part, nous attachons autant d'importance à la forme qu'au fond. En d'autre terme, un taillis de noisetiers qui à priori n'a pas d'intérêt peut-être travaillé par de la taille en transparence ou autre, de façon à valoriser ses troncs, ... Cette démarche permet un jeu constant entre nature et jardin.
    Quelques arbres qui sont pour nous intéressants : le gleditzia, les chênes (quercus palustris, ...), le gingko, l'ulmus Sapporo Gold, le fraxinus Redwood, ...
    Belle semaine et bonne cogitation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Effectivement je suis une jardinière qui cogite sans arrêt et oscille entre laisser faire et imposer sa marque. Sur le bois je la voudrais moins marquée qu'ailleurs.
      Pour la leçon de création naturelle je retiens également le travail d'un paysagiste nommé Camille Muller dans son ouvrage intitulé "les mains dans la terre". Sur une ile grecque, Ithaque, il créé un paysage idyllique, tellement naturel qu'en regardant ses photos je me demande qu'est qu'il à bien pu faire, jusqu'a ce que je vois la photos du début. En réalité il avait entièrement composé une nature rêvée et sublimée. Tellement bluffant!
      Je suis également adepte de la taille par transparence que j'ai déjà pratiquée sur certains arbres isolés et un des noisetiers du bois. Après, sur des grands arbres, c'est le travail des arboristes grimpeurs et nous n'avons pas encore fait appel à eux.
      J'ai repéré sur votre blog le fabuleux fraxinus Redwood, merci pour vos autres suggestions d'arbres je vais étudier ça de près.
      Bonne semaine à vous.

      Supprimer
  9. Je crois que toutes ces réponses à ton article particulièrement intéressants vont pouvoir t'aider.Je comprend tout à fait ta démarche même si je n'ai pas de bois .Tu as déjà le premier étage , ce qui est une bonne chose .Surtout avec les tailles que peux faire (ex : Duo jardin ).en second étage , je suis assez fans des aubépines, sureaux, sorbiers, euonymus bien sûr (Il ya tellement de variétés ! ) Et si ton terrain s'y prête les Ilex ont de la ressource et font très naturels .As tu vu l'arboretum des prés de Culand et l'arboretum des Barres.Visiter des arboretums de sa région donnent des idées.
    Pour faire des rideaux , tu vas trouver les bambous trop exotiques et pourtant ...Je trouve qu'ils s'intègrent bien .Des cornouillers alba? Si je pense à autre chose , je reviendrais sur ton article.Quel plaisir toutes ces recherches .Une vraie jubilation .Bises Béné

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Maryse,
      ça fait une semaine que je planche sur cet article, que je tourne mes phrases espèrant parvenir à expliquer mon questionnement et ma démarche. Je me suis vraiment demandé si cet article aurait un intérêt pour qui que ce soit surtout que là, pas de belles photos alléchantes.
      Alors je suis d'autant plus ravie de recevoir toutes ces suggestions.
      Tout comme toi je pense que les arbustes me seront d'une aide précieuse, dans ceux que tu as cité il n'ya que les sorbiers auquels je ne me suis pas intéressé pour l'instant.
      Je suis allée voir l'arboretum des Barres et celui des Grandes bruyères, mais pas encore les prés Culand.
      Maryse, les bambous je ne peux pas... c'est effectivement trop exotique pour moi. Pourtant j'adore les jardins japonisants mais c'est un parti prix dans lequel je ne veux pas m'engager.
      Tu as raison pour la jubilation, je marche à ça... à l'ivresse de la création.
      Bises

      Supprimer
  10. Je pense que tu as eu assez de réponses mais je vais rajouter mon petit grain de sel :)
    Avant de planter, comment est la terre ? Facile à travailler ou encombrée de racines ? Dans ce cas, il faut penser que le jeune arbre ou arbuste aura bien du mal à s'implanter.
    Bises et bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Sylvaine,
      Tu cibles bien les problèmes : de grands arbres, suppose un système racinaire étendu donc des racines partout, sinon la terre est plutôt humidifère, neutre à légèrement acide.
      Pour pouvoir planter je prends des jeunes plants, je n'ai pas besoins de faire de grands trous et les jeunes arbres poussent plus facilement que de grands sujets.
      Bises

      Supprimer
  11. J'ai beaucoup aimé t'accompagner dans cette balade et écouter tes projets. Je collectionne les viornes et te les conseille pour leur diversité et le côté sauvage qu'ils peuvent donner à un sous-bois. A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Florence,
      Tout comme toi j'adore les viornes et par dessus tout les plicatum. Mais ce sont des arbustes qui demandent beaucoup d'arrosage. Il y a quelques années j'en aurais planté partout tellement je trouve leur esthétique sublime, mais je vais me limiter à un ou 2 sujets.
      Bises

      Supprimer
  12. Bonjour!
    Nous sommess en train de faire à peu près la même chose dans notre (grand) jardin... Alors je me pose les mêmes questions. Voici qqs idées: pense aussi à tes abeilles et plante de la bourdaine et un évodia (euodia daniellii ou "arbre à miel) ou pourquoi pas des robiniers. Ils poussent très lentement mais sont très beaux et plaisent tellement aux abeilles (le fameux miel d'acacia).
    Ensuite nous avons planté un arbre de fer (parrotia persica) qui prend des couleurs fabuleuses à l'automne et qui a une belle façon de pousse. Avez-vous déjà des liquidambars? J'imagine que oui...
    Bonnes plantations et mille mercis pour tes articles et inspirations
    bises
    Cordula (Normandie)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Voila beaucoup de points communs et de réflexions parallèles! C'est toujours un plaisir de voir que d'autres sont parvenus aux mêmes idées.
      Pour ce qui est des arbres que tu cites nous avons plantés de la bourdaine dans nos haies mais elle ne se plait pas. Il faut dire qu'après 2 épisodes caniculaires à suivre nos plantations souffrent un peu. Nous avons un euodia danielli et un parrotia ainsi que des robiniers qui poussent naturellement sur le terrain. J'ai également planté à l'automne un vitex agnus castus et au printemps un heptacodium miconoïdes.
      Pour le liquidambar je n'en ai pas et je me posais la question de savoir si entre un liquidabar et un nyssa sylvatica lequel était le plus beau à l'automne... Et... je pencherais pour le nyssa.
      Bonnes plantations à toi aussi et si tu me parles d'arbres aux floraisons miellifères je me doute que tu as des ruches?
      bises

      Supprimer
    2. Oui, en effet, nous avons plein de points communs - comme je vois sur ton blog! Nous avons pour l'instant 3 ruches Warré mais, comme tu le sais, elles sont fragiles et nous espérons fort qu'elles survivent à l'hiver. Merci pour tes idées: je ne connaissais ni le vitex ni le nyssa et j'ai regardé les deux. Ils sont splendides!!! Je sens que je vais te suivre...
      Repose-toi bien cet hiver et on se retrouve au printemps - avec bcp de plaisir!
      bises
      Cordula

      Supprimer
    3. Bonsoir,
      Nous avons 6 ruches dadant, l'année a été éprouvante pour nos abeilles avec un temps très froid et pluvieux au printemps. Elles ont beaucoup essaimmé et les colonies sont affaiblies. Nous aussi nous croisons les doigts pour qu'elles passent l'hiver. Je suis preneuse de tous tes retours d'expérience sur les plantes mellifères, cette année j'ai vu que mes plantations ont été vraiment utiles à nos abeilles affamées.
      A très bientôt et au plaisir de te lire de nouveau.
      Bises

      Supprimer
  13. Bonsoir, je suis régulièrement votre blog car je le trouve intéressant et agréable à parcourir. Je vous suggère l'Acer cappadocicum Aureum ou Rubrum qui présente un intérêt en toute saison. Je vous souhaite un bon jardinage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Marion,
      Ravie que mon blog vous plaise et ravie de vous lire.
      merci pour la suggestion je ne connais pas ces acer et je vais aller jeter un oeil pour voir à quoi ils ressemblent.
      Avez-vous un jardin? d'où êtes vous?
      Bonne soirée

      Supprimer
  14. Voici encore un article très intéressant!
    Tu as déjà eu beaucoup de suggestions. Quand je pense à un sous-bois jardiné, je me souviens de celui de chez Fabienne Gheur, ou elle avait entre autre planté des cornus kousa et plusieurs hydrangea dont un quercifolia aux belles couleurs automnales.
    A tout bientôt!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh oui je rêve d'un cornus kousa satomi depuis des années et j'ai déjà un quecifolia : snow queen mais pourquoi pas un deuxième?

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

La bouture à l’étouffée

Les championnes du régime sans eau

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Paul transon, un gentil géant.

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence

La floraison des rosiers

Un an ensemble