Articles

A la une...

Avant les Roses...

Image
Avant les roses, le jardin se prépare; la jardinière besogneuse que je suis essaie désespérément de rattraper son retard, travaillant sans relâche… Pourtant, pour la première fois, lorsque je lève les yeux de mon ouvrage, ce que je vois autour de moi me plaît. La cour est enfin terminée. Plus de cartons, ni de massifs en cours de création. Le lieu commence à être agréable au regard, harmonieux. Le plan que nous avions imaginé avec Gilles fonctionne.
lien vers l'article consacré à l'aménagement de la cour







Bien sur, cela manque encore de maturité, quelques trous subsistent, certains végétaux manquent toujours d’ampleur, les contours des massifs ne sont pas tous réalisés.
Détail que tout cela. Avant que les roses ne fleurissent, tout va crescendo, les plantes poussent, les boutons se préparent. Effacés les stigmates de l‘éprouvante sécheresse et canicule de l’été passé. Pourtant, au début du printemps mes rosiers buissons semblaient en mauvais état avec de nombreuses branches mor…

Bébés hérissons !

Image
Jolie surprise ce soir, j'ai trouvé près des cuves, non loin du potager, trois bébés hérissons.
Trois petites boules de piques un peu apeurées de se voir observées par des humains et qui sont vite retournées se cacher dans la pénombre rassurante.



Déjà il y a quelques semaines nous avions surpris la maman en plein jour mais Gilles et Louise avait perdu sa trace. Un hérisson pressé se déplace vite!


Où se cachait-elle? Mystère...
Pas dans l'abri que nous lui avions construit...pour lire l'article consacré à l'abri à hérisson
J'avais bien observé, un peu de remue ménage dans les feuilles mortes, comme si un animal avait retourné celles-ci à la recherche de nourriture, près les palettes qui servaient de soubassement aux cuves de récupération. J'avais même mis une gamelle d'eau et des croquettes. Le soir les croquettes avaient disparues mais je n'avais pas pu voir qui les avaient croquées.
J'étais donc restée dans l'expectative.



Maintenant c'est …

La fin des trembles.

Image
Ils étaient déjà là lorsque nous avons emménagé.
Déjà là, et déjà immenses.


Huit trembles d’environ 25 mètres de hauteur, formant un bosquet gigantesque à proximité immédiate de la maison et de la grange. Longtemps nous avons composé avec leur présence envahissante, la marée de chatons déversée chaque printemps sur nos voitures et les tonnes de feuilles ramassées chaque automne, leurs racines traçantes, tentaculaires et drageonnantes… une année les frelons asiatiques y avaient mêmeinstallé un nid à plus de 20 mètres.

Longtemps nous nous sommes interrogés et avons cherché une forme de cohabitation car nous apprécions l’été leur ombre bienfaitrice.


Au départ nous avions envisagé de n’abattre que la première rangée, celle qui penchait fort vers la maison et conserver ceux situés à l’arrière pour garder de la hauteur. Hélas c’était sans compter la lecture de « la vie secrète des arbres » de Peter Wolleben, qui m’a fait prendre conscience que ces huit arbres n’étaient en fait qu’un seul et…

Chant d'automne

Image
Que j'aime l'Automne, saison empreinte de mélancolie, si brève, si belle, à l'éphémère perfection!
En ce jardin m'y promenant encore, les vers du poète accompagnent mes pas.

Vous prendrez bien une dose de Spleen?


Chant d'Automne

1. Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbres;
Adieu vive clarté de nos étés trop courts!
J'entends déjà tomber avec des chocs funèbres
Le bois retentissant sur le pavé des cours.




Tout l'hiver va rentrer dans mon être : colère,
Haine, frisson, horreur, labeur dur et forcé
Et, comme le soleil dans son enfer polaire
Mon cœur ne sera plus qu'un bloc rouge et glacé.






J'écoute en frémissant chaque bûche qui tombe;
L'échafaud qu'on bâtit n'a pas d'écho plus sourd.
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
Sous les coups du bélier infatigable et lourd.



Il me semble, bercé par ce choc monotone,
Qu'on cloue en grande hâte un cercueil quelque part.
Pour qui? - C'était hier l'été; voici l'automn…