Articles

A la une...

Premières floraisons

Image
Alors que les derniers vestiges de la saison passée se désagrègent lentement, nous laissant parfois des œuvres fugaces d’une beauté toute en déliquescence.


Les toutes premières floraisons annonciatrices d’un nouveau cycle sont déjà là. Elles transpercent la grisaille du temps et luisent au jardin comme la lumière de lointains pulsars…
Elles me permettent de patienter encore un peu… car même si les températures sont plutôt douces, ce n’est pas encore le printemps.
Laissez-moi vous les présenter.

Il y a le coup de cœur du moment, ce cyclamen Coum avec ses jolies feuilles argentées. Planté depuis moins d’un an au jardin sa première floraison rose pimpante paraîtrait flashy si ses fleurs n’étaient pas minuscules, à peine plus grosse qu’une violette. Mais une telle intensité en ce moment ça fait du bien. La tasse doit s’étendre, j’ai hâte…

Il y a également l’hamamélis Ruby Glow, un fidèle depuis 4 ans. Je le pensais délicat il s’est révélé résistant à la sécheresse. L’arbuste prend petit…

Rétrospective 2017 : la complainte de la jardinière

Image
Difficile cette année écoulée au jardin à l’image de cette rétrospective si dure à publier : texte, choix des clichés, rien n’allait.
Trois cent soixante-cinq jours égrainés sans réussir à profiter de ce lieu , le cerveau accaparé par mon métier (qui est tout sauf rock’n’roll, si vous saviez ce que je fais dans la vraie vie…). Je suis donc passée complètement à côté, en retard sur tout. Juste le temps de me défouler sur les fêtes de plantes, acheteuse compulsive et de passer ensuite mes week-end à planter, à planter, à planter…  Une nageuse au bord de l’asphyxie… Les lourds travaux dans la maison débutés pendant les vacances d’été et pas encore terminés à ce jour ont encore exacerbé cette sensation. Emmurée dans mon mal être je n’ai pas vu les saisons passer, les choses pousser et je n’ai pas pu flâner dans le jardin.
Et pourtant une année 2017 si riche encore de superbes rencontres, d’amitiés réelles ou virtuelles et de beaux échanges.
Alors parce que nous sommes en 2018 une nouvell…

Une pépinière de roses, chez Francia Thauvin : la suite!

Image
En résumé de l’article précédent, (clic sur le lien pour lire le début du reportage) les porte-greffes réceptionnés au mois de février sont tout d’abord « épluchés » pour obtenir un collet haut puis « bousés » avant d’être plantés au mois de mars. On les laisse alors pousser tranquillement jusqu’au mois de juillet. C’est à ce moment-là que Flora et Christelle vont greffer…
La veille, on prélève dans le champ de roses des tiges de l’année ayant fleuri sur les rosiers que l’on veut multiplier. 


Puis, on ôte les parties molles des tiges y compris les fleurs. On effeuille en laissant toutefois la base des feuilles et on enlève les épines.


Enfin les tiges d’une même variété sont enfermées dans des sacs plastiques, étiquetées et mises au frais.



Cette étape de préparation est importante car le catalogue de la pépinière affiche environ 630 variétés de rosiers et bien plus encore. En ajoutant celles qui sont en trop petit nombre et qui de ce fait ne peuvent figurer au catalogue mais sont ven…