Articles

Affichage des articles du mai, 2016

Rétrospective mai : de petits moments de magie

Image
Où est donc passé le joli mois de mai, sa douceur et ses fleurs qui volent au vent ? Entre froid, grisaille et pluies diluviennes on a du mal à croire au printemps.

Pourtant en mai tout n’a pas toujours été gris, de beaux moments fugaces de poésie se sont invités au jardin.
















Essaim à domicile

Image
Hier soir un bel essaim est venu se percher dans un de nos pruniers, Gilles est allé le cueillir. Allez je vous raconte… Tout d’abord il faut mettre une tenue d’apiculteur, les belles butineuses n’aiment pas qu’on les dérange.


Puis on prend la grande échelle qu’on pose délicatement contre le tronc et on se munit d’un seau et d’une brosse. Gilles monte tout là-haut et brosse l’essaim, faisant tomber les abeilles dans le seau. Puis il redescend vider le seau rempli d’abeilles bourdonnantes et furieuses dans la ruche au sol. Et il recommence l’opération plusieurs fois.
Si la reine est capturée l’essaim finit par rejoindre de lui-même la ruche. Si elle est restée en haut dans l’arbre, tout le monde remonte et tout est à recommencer. Par chance, au bout de 4 seaux vidés et d’une vingtaine de piqures ; l’essaim a commencé à descendre dans la ruche.

Ce n’est pas le premier qui vient à demeure cette année.

La météo maussade est propice en ce moment à l’essaimage. Le mauvais temps confine …

Le jardin sauvage

Image
Si vous veniez me rendre visite, vous seriez sans doute déçus, ce que je vous montre à travers le blog correspond à ce qui m’obsède : les roses, les roses, les roses. Si vous veniez me rendre visite vous verriez …. du vert, du vert …. Beaucoup de vert. Car mon jardin c’est ça : de l’herbe et des arbres. Pourtant, les photos que je publie viennent bien toutes d’ici. Simplement, elles proviennent de 10% de sa superficie, des massifs concentrés autour de la maison. Tout le reste c’est le jardin sauvage. Alors, juste avant que les rosiers ne fleurissent, j’aimerais vous emmener avec moi là où la nature n’en fait qu’à sa tête.


Dans ces endroits je jardine en pointillé, je plante un peu, j’expérimente.
 Dans ces endroits la beauté peut être fulgurante et tellement fugace.
  Le hasard s’invite chaque jour.


Les arbres nous parlent de grandeur et de majesté.


























La nature tente des associations que le jardinier n’oserait pas.






Les orties, la benoite des villes, le chiendent et le lierre y règnen…

tous au potager !

Image
Nous avons profité du long week-end de quatre jours pour remettre en état notre potager.

Il y avait beaucoup de travail, l’année dernière du fait de la canicule et de la sécheresse je l’avais laissé de côté  et les mauvaises herbes en ont profité pour proliférer.

Habituellement au printemps, je m’attaque à tout cela et le remet rapidement en ordre, tout du moins pour les quatre carrés de culture.




Mais cette année le cœur n’y était pas, trop d’énergie investie pour des récoltes ridicules. Je n’en peux plus du désherbage et de l’arrosage, surtout que j’effectue ces corvées seule.

Malgré tout je tiens à produire mes légumes, récolter ce que j’ai semé est pour moi une source de joie et de fierté qui me fait oublier tous les efforts fournis… jusqu’à l’année dernière…


Alors pour ne pas jeter l’éponge et que le jardin reste un plaisir nous avons donc réfléchi à trouver des solutions pour gagner du temps.


Premier gros problème auquel nous avons à faire face : le désherbage.


Tous les ans au…