La bouture à l’étouffée

aster "Constance" bouturé au printemps 2014

branche de sureau sélectionnée

Pour multiplier rapidement les plantes que j’aime, j’utilise depuis deux ans, avec bonheur la technique du bouturage à l’étouffée. Elle donne de très bons résultats car elle permet aux boutures de s’enraciner très vite, en seulement quelques semaines. C’est beaucoup plus rapide qu’avec les buis pour lesquels je dois attendre deux années pour les transplanter au jardin. Les plants issus de boutures à l’étouffée peuvent être replantées au bout de six mois seulement ou même moins.

la même branche prête à être bouturée

Pour cela, je remplis des pots de terreau que je sature d’eau. Je laisse la terre s’égoutter, puis j’y enfonce de petits bouts de tiges qui ne doivent pas être trop tendres, sinon elles moisissent ; ni trop dures, car sur les branches  trop âgées la reprise est plus difficile. Des branches ou tiges de l’année qui commencent à se rigidifier et dont on supprime la partie terminale plus tendre, sont idéales.  C’est ce qu’on appelle pour les arbres, les rosiers ou les arbustes du bois « aoûté ».

les boutures dans leurs pots coiffés du sac plastique
Généralement, je prélève des morceaux  d’environ 15 centimètres de long en commençant juste sous un départ de feuille. 
J’ôte les feuilles à leur base sauf sur la dernière pour laquelle je conserve un petit bout de feuillage. J’enfonce ces tiges dépouillées dans le pot de terreau.
Certains font des pré-trous avec un crayon, moi je ne le fais pas et ça fonctionne quand même.

Enfin avec un sac congélation je recouvre entièrement mes futures plantes.

Je laisse mes pots avec mes boutures dans mon coin pépinière situé au nord, lumineux mais sans soleil direct. Privées d’air les boutures émettent rapidement leurs racines.

Deux ou trois semaines après on enlève les sacs… et le tour est joué…

bouture d'une autre variété de sureau 3 semaines
après, de nouvelles pousses sont apparues
Je bouture les asters, les penstemons et les chrysanthèmes au printemps. Cet automne, j’ai également bouturé des sureaux ornementaux, des sauges et des hortensias.


Même si c’est un peu tôt pour parler de réussite, de petites pousses sont apparues signe que pour l’instant cela fonctionne.



Il faut veiller à ce que les boutures ne moisissent pas lorsqu’elles sont sous cette atmosphère confinée.

idem pour les boutures de sauges

Je n’ai pas rencontré pour l’instant ce problème car ma pépinière doit être idéalement située, pas de soleil direct et pas d’humidité au pied ; je n’ai donc pas besoin d’aérer mes boutures.


Reste à savoir si tous ces jolis petits bébés plantes supporteront le froid de l’hiver…

aster "Lady in black" bouturé au printemps  2014

Commentaires

  1. C'est une bonne méthode pour le bouturage comme pour le semis.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir
      Tu la pratiques également pour les semis? Je n'aurais pas osé de peur de les voir dépérir avec la fonte des semis... Mais si ça fonctionne pourquoi pas?
      Bonne soirée

      Supprimer
  2. De vraies réussites...essaie les rosiers , le bouturage est facile aussi...
    Ces deux asters sont magnifiques...Bleu à coeur orange, peu courant, et ce petit mimi blanc au coeur rose... Je suis en train de tomber dans la collectionnite " aster "
    Bonne fin de soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Jacqueline,
      J'avais déjà bouturé des rosiers à une époque mais sans utiliser cette technique que je ne connaissais pas alors. Je crois que je vais m'y mettre de nouveau.
      Tout comme toi j'adore les asters, Constance et Lady in Black sont plutôt grands : 1,5 m et 1 m environ. Dur de résister à ces belles couleurs ou à ces myriades de petites étoiles...
      A bientôt

      Supprimer
  3. Je ne connaissais pas cette méthode mais vu la rapidité à laquelle la bouture prend, c'est très intéressant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir
      C'est tellement facile que maintenant j'étouffe toutes les plantes que je rencontre...

      Supprimer
  4. Bravo Bénédicte, c'est vraiment très intéressant. Je ne connaissais pas cette technique, je vais l'appliquer lorsque je serai
    plus experte, je vais d'ailleurs lire tes anciens articles et sincèrement merci d'aider les novices comme moi.
    J'attendrai avec impatience tes nouveaux écrits, si joliment illustrés.
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  5. Je vais essayer cette méthode dès aujourd'hui avec mes asters horizontalis et cordifolius. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Isa,
      Vu que nous sommes un peu tard dans la saison, je ne suis pas sure que ça fonctionne, sauf si tu as une serre. Sinon essaie au printemps.
      Bonne soirée

      Supprimer
  6. Je pratique comme toi pour les rosiers et les phlox, sauf que je ne leur mets pas la capuche. L'enracinement prend donc plus de temps mais il y a besoin de moins de surveillance. C'est la technique de la jardinière paresseuse ! J'essayerais bien avec les asters. Quel plaisir de voir la nature se dupliquer sous nos doigts, je suis une fan du bouturage, bien plus que du semis !
    Bises Béné, bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu le trouves le bon endroit où stocker tes boutures, c'est franchement super facile. Je ne les surveille pas plus que ça. Je préfère également le bouturage au semis.
      Bonne semaine à toi, chère Alix.

      Supprimer
  7. Coucou, ta technique va être testée au printemps prochain, je pense qu'il va y avoir un paquet de boutures prises ici ou là, ma serre va être bien remplie d'autant que je n'ai pas encore procédé aux semis d'hiver, va falloir que je me penche sur le sujet
    Ton jardin est splendide et ta maison de toute beauté
    Un bien joli endroit où il doit faire bon vivre
    Excellente soirée

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour ces conseils de bouturage, je vais tenter avec un petit arbuste bleu qui est en traine de se faire étouffer par un plus grand que lui...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marine,
      ça marche vraiment très bien.
      Bien mettre les boutures à l'ombre.
      Peut être pour les arbustes attendre fin août que les tiges se soient renforcées.
      Les sureaux que j'avais bouturés pour l'article ont tous pris ainsi que les sauges.
      Tenez-moi au courant de vos essais.

      Supprimer
  9. J'ai testé cet été cette méthode avec des rameaux de rosiers. Ça fonctionne vraiment pas mal! J'ai tenté depuis la clematite (la montana tres facile) les buddleia (tres tres faciles) les sauges. J'utilise une bouteille en plastique, mais je trouve pratique le sac de congelation car tu peux mettre plus de rameaux! Je vais tenter merci!!!!!!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

Les championnes du régime sans eau

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Paul transon, un gentil géant.

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence

La floraison des rosiers

Un an ensemble