Les elaeagnus ebbingei


J’avoue je ne les aime pas, j’en vois partout dans les haies, taillés au carré et je les trouve tellement laids et communs…

Pourtant je viens d’en planter quatre et je vais même en acheter un cinquième…
Alors pourquoi ce revirement ?

En fait ces arbustes n’ont que des qualités :

Tout d’abord ce sont des persistants, plantés au nord ils vont filtrer le vent et protéger le verger. Les oiseaux s’y réfugieront.

Ensuite ils résistent à tout (on les recommande pour les bords de mer car ils supportent les embruns) et se contentent d’un sol médiocre.

Le noyer, pas très en forme depuis quelques années, atteint
par la maladie de l'encre et les eleagnus fraichement plantés
Plantés à proximité du noyer, là où rien ne pousse, j’espère qu’ils résisteront à la juglone cette toxine synthétisée par les racines et les feuilles du noyer, provoquant la mort des autres végétaux à proximité.

Ils sont mellifères et délicieusement parfumés, leur floraison automnale est précieuse pour les abeilles.

Leurs fruits sont comestibles.

Ce sont des plantes fixatrices d’azote. 

En effet certaines plantes ont la particularité de fixer l’azote atmosphérique grâce à la symbiose avec des bactéries présentent dans leurs racines. Ce sont les fameuses nodosités. Cet azote est rendu ensuite disponible à la mort de la plante ou suite à une taille. 
C’est ce que je fais au potager lorsque je coupe les tiges des haricots verts au lieu de les arracher. Les nodosités libèrent l’azote pour les futures cultures donc pas besoin d’engrais. Toutes les Fabacées (comme le trèfle, la glycine, les robiniers-faux acacias, les lupins) sont des plantes fixatrices d’azote. 
Les elaeagnus ebbingei bien que n’appartenant pas à cette famille (ce sont des Elaéagnacées), ont également cette propriété. 
J’ai lu sur le net qu’associés aux noyers ils pouvaient augmenter leurs récoltes de 30%. 
A voir…


Alors devant tant d’arguments qui plaident en leur faveur, j’ai accepté leur venue au jardin. Plantés tout au fond, le long du champ, ils ne heurteront pas mon œil d’esthète car je continue à les trouver hideux. Enfin…Il faut de tout pour faire un monde…végétal.

Deux genêts de tenturiers (genista tinctoria 'Porlok') semi-persistants
ont également été plantés près des caragagnas arborescens,
deux autres Fabacées fixatirces d'azote 

Commentaires

  1. C'est vrai que ce n'est pas toujours facile de joindre l'utile à l'esthétique. Je ne suis pas très fan non plus mais il a le mérite d'être un persistant costaud et dans une haie mixte il remplit largement son contrat.
    Je trouve le revers de ses feuilles assez beau aussi.
    Bonne soirée à toi.
    Christophe

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Christophe,
    Je vais essayer de le conduire différemment. Normalement avec le noyer il devrait moins pousser. Je pense le tailler seulement tous les deux ans et surtout pas au droit pour pouvoir profiter de sa floraison.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  3. Je n'apprécie pas trop l'esthétique des eleagnus, mais j'avoue que dans une haie paysagère, au delà de toutes les qualité dont tu parles , ils structurent bien la haie et apportent un feuillage toute l'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Florence,
      Je crois que c'est leur côté dense qui me déplais, ça leur donne un air presque artificiel. De toute façon rien ne pousse sous le noyer alors on va tenter. S'ils crêvent je n'en ferai pas une maladie.

      Supprimer
  4. bonjour Bénédicte, moi je suis assez fanatique des éléagnus comme tout arbuste facile à cultiver je leur donne une place au jardin où ils ont le mérite de mettre en valeur les originaux, les fragiles, en leur donnant protection( je pique une branche en terre et hop là ils poussent lentement mais sûrement) . Je les garde en haie basse j'avais fait l'expérience de les laisser dans un jardin que j'ai eu en bord de mer sans taille ils étaient devenu ideux. par contre j’aime ne laisser un de place en place monter à sa gusie leur floraison est un doux parfum . merci pour tous ces détails sur cet arbuste bien ordinaire qui est un indispensable au jardin . il faut de tout pour faire un monde il faut de tout pour faire un jardin ... bonne semaine et à bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Françoise,
      je ne sais pas trop comment les tailler, je vais observer comment ils poussent et s'ils peuvent fleurir sur du bois de l'année. Tout comme toi j'aime quand c'est bien net. Je vais peut-être essayer une taille organique avec des formes rondes à contre emploi de la taille au carré qui leur est souvent réservé, pour essayer de casser ce coté raide que je déteste.
      Bonne soirée

      Supprimer
  5. j'habite en bord de mer, et les éléagnus font partie de mes haies de persistants ou semi-persistants, ils sont "increvables" ! de plus, en haie composée, ils ne montrent pas leur mauvais côté, et à la floraison, lorsque l'on passe à côté d'eux, c'est l'extase..un parfum incroyable!
    je suis sûre que tu verras leur bon côté bien vite!
    bonne semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Catherine,
      ici les 5 eleagnus seront plantés ensemble plour créer une masse atractive pour les abeilles. Comme je les ai planté espacé de 2 mètres environs je comptais planter quelques amélanchiers entre qui vont contraster avec leur côté gracile; mais il faut que je vérifie qu'ils ne sont pas sensibles à la juglone.
      Le reste de la haie est très varié et naturel.
      Bonne semaine

      Supprimer
  6. Une question : et pour quelle raison ne pourrait on pas faire un (beau) jardin avec des plantes communes ? c'est le challenge que j'essaye de relever vu que de toute manière ici rien d'autres que les rustaudes ne veulent pousser... et j'ai été drôlement confortée dans cette démarche en visitant le jardin de la Mothe en aveyron et néanmoins labellisé jardin remarquable .. alors pour en revenir aux chalef auxquels je faisais le même reproche (on en voit trop mal mis en situation itou pour les photinia !!)j'ai suivi exactement la même démarche : là où depuis des années je plantais sans succès des plus originales" mais qui souffraient pour finir par succomber, j'ai fini par succomber au "charme" des chalefs , tout comme d'ailleurs aux cotoneasters, abélias et autres plantes communes ... certes quand je visite un jardin où à chaque détour je tombe sur une merveille originale, je ne dis pas que la tentation n'est pas forte de craquer à nouveau mais bon j'essaye de m'en tenir à cette nouvelle ligne de conduite.. et au moins je "n'assassine" plus de pauvres plantes qui n'ont rien demandé à personne....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Rouge Cabane,
      Je suis ravie de te lire, je suis allée plusieur fois sur ton blog et j'ai admiré ton beau jardin.
      Je suis tout a fait d'accord avec ta sage démarche.
      La mienne oscille entre collectionnite aiguë et plantation d'arbrustes simples et beaux de nos régions. Le reste de ma haie de clôture est composé d'aubépines, prunus spinosa, fusain d'europe, prunus pisardii alisier terminal, agousier, bourdaine, houx et berbéris. Tous poussant sans difficulté.
      J'ai juste un problème sur l'esthétique de l'eleagnus.
      Je te rejoint également sur le photonia.
      Bonne soirée

      Supprimer
  7. Bonjour Béné
    c'est un arbuste quelconque mais je ne le trouve pas hideux.Il est intéressant pour son feuillage persistant. On en voit peu dans ma région, je ne sais pas pourquoi. Question de mode ? Ici pour les haies, c'est l'invasion des lauriers-palmes. Très commun, tu ne dois pas aimer non plus !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Alix,
      Effectivement je déteste également, voir encore plus, le laurier palme.
      Je trouve que ce n'est absolument pas une plante de haie car lorsqu'on oubli de le tailler il devient un arbre imposant nécessitant de couper des grosses branches si on veut de nouveau le contenir (tout comme son compère le thuya). En plus les arbres à grosses feuilles se prêtent mal à la taille.
      Le eleagnus n'ont aps ce genre de problème; je pense qu'ils doivent se remettre assez rapidement d'une taille sévère et les feuilles sont plus fines.
      Bises

      Supprimer
  8. Super intéressant ce que tu nous apprends là Bénédicte ! Je n'en ai aucun ici mais ma voisine raffole du parfum de certains. Belle semaine.Bizzzh.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Maryline,
      En fait c'est d'apprendre que cet arbuste était une plante fixatrice d'azote qui a emporté ma décision. Elle a finalement toute sa place au verger, là où rien ne poussait. Son parfum m'avait déjà captivé mais à l'époque je n'en voulais vraiment pas.
      Bonne semaine

      Supprimer
  9. Ici les merles font leur nid dedans, juste un détail les miens ont de belles épines acérées, prudence donc si c'est la même variété. Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Isa,
      Je n'ai pas remarqué d'épines sur les miens. Par contre peu être des petites branches un peu piquantes comme les aubépines.
      A plus

      Supprimer
  10. Cet arbuste persistant n'est peut-être pas très beau mais il a le mérité d'être bien utile. Un achat raisonné !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonsoir Lulu,
      Un achat qui s'imposait finalement tant il a de qualités et tant il me sera utile, car les floraisons d'automne sont très importantes pour les abeilles qui doivent faire leurs provision en vue de la mauvaise saison.
      bises

      Supprimer
  11. Tu as trouvé une utilité aux éléagnus et c'est tant mieux car la culture variétale est importante .Sinon, certaines plantes risquent de disparaître .J'en mettrai bien près de mon noyer également si tu dis que cela augmente le rendement.A suivre donc. Peux être ensuite pourras tu leur faire une taille plus élégante !!!! Bises Bénédicte .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Maryse,
      Je te dirais si je trouve que j'ai plus de noix... Je pense quand même que ça doit être progressif alors je ne m'attends pas à une récolte miraculeuse. Mais tu peux essayer, tu me diras ce que tu observes, en plus pour les abeilles c'est tout bénéfice.
      Bises

      Supprimer
  12. Bonsoir Bénédicte. J'ai deux eleagnus dans le jardin. Je n'en ferais pas une haie mais je les aime bien. Ils supportent tout côté taille, leur feuillage joue joliment dans la lumière et surtout leur parfum est incomparable. Si en plus ils enrichissent le sol en azote alors...Ce serait dommage de s'en priver.
    J'espère que vous vous apprivoiserez mutuellement. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Florence,
      Oui j'ai l'impression que ce sont des plantes de bonne composition. Tout dépend de la manière dont je pourrai les tailler.
      Bonne soirée

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

Les championnes du régime sans eau

La bouture à l’étouffée

Paul transon, un gentil géant.

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence

La floraison des rosiers

Un an ensemble