Articles

Affichage des articles du juin, 2016

Paul transon, un gentil géant.

Image
Cet hybride de Wichuraiana est l’une des plus célèbres créations de la maison Barbier d'Orléans en 1900 avec "Albéric Barbier" et "Albertine". Voilà quelques années qu’il est planté au jardin. C’est un grand rosier certes, d’un côté ses charpentières mesurent environ 6m et de l’autre 4 ou 5; mais il n’est pas dense et touffu comme un rosier liane. Il n’est absolument pas envahissant. Ses longues tiges souples permettent de le conduire un peu partout.
Ce qui me plait chez lui avant tout c’est la forme si particulière de sa fleur. Certains la décrivent comme ressemblant à un dahlia, je n’ai pas trouvé mieux pour caractériser l’imbrication de ses pétales. 

J’adore son coloris changeant qui va du rose avec une petite touche de corail au rosé pale, variant en fonction du stade d’ouverture  et de l’exposition. Les fleurs se présentent seules ou par petits groupes de trois ou quatre et à l’ouverture totale elles mesurent environ 7 cm. Elles ont un léger parfum. La f…

Il n’y a pas que les roses dans la vie….

Image
Encore et toujours obnubilée par mes fleurs préférées, j’oublierais presque de vous parler des autres. Elles sont pourtant bien présentes dans mon jardin et contribuent à donner cette impression de luxuriance que j’aime tant.



Cette année, dans la cour mes plates-bandes se sont remplies de vivaces. En effet, lorsque je créée un massif, je commence par planter les rosiers la première année, puis les buis ou les ifs de bordure l’année suivante et enfin je complète par les vivaces à partir de la troisième année. Il faut donc un peu de patience avant d’obtenir un résultat intéressant (je fais partie des personnes qui ont horreur de voir 1 cm2 de terre nue) et mon jardin est bien jeune. Tout cela commence à bien fonctionner et les vivaces ou les annuelles se mêlent joliment aux roses.






Je vous demande d’excuser l’air un peu penché de certaines fleurs ; la pluie sévit ici presque sans discontinuer depuis un mois, les pauvrettes courbent l’échine après avoir reçu trop d’averses. Les voilà …