Avant les Roses...



Avant les roses, le jardin se prépare; la jardinière besogneuse que je suis essaie désespérément de rattraper son retard, travaillant sans relâche…
Pourtant, pour la première fois, lorsque je lève les yeux de mon ouvrage, ce que je vois autour de moi me plaît. La cour est enfin terminée. Plus de cartons, ni de massifs en cours de création.
Le lieu commence à être agréable au regard, harmonieux. Le plan que nous avions imaginé avec Gilles fonctionne.
lien vers l'article consacré à l'aménagement de la cour

Un petit tour? Je vous guide, la cour vue du massif des excentriques

Le voilà justement, le massif des excentriques ou du cercle plein

De l'autre côté du portail le massif de la table de pierre ou du cercle vide

De là, on fait face à la maison


Lorsqu'on descend l'allée et qu'on regarde la cour dans sa longueur

Vue de la porte de la cuisine, avec l'allée et au fond le massif de la table de pierre 

Bien sur, cela manque encore de maturité, quelques trous subsistent, certains végétaux manquent toujours d’ampleur, les contours des massifs ne sont pas tous réalisés.
Détail que tout cela.
Avant que les roses ne fleurissent, tout va crescendo, les plantes poussent, les boutons se préparent.
Effacés les stigmates de l‘éprouvante sécheresse et canicule de l’été passé. Pourtant, au début du printemps mes rosiers buissons semblaient en mauvais état avec de nombreuses branches mortes. Les deux pulvérisations de mélange de purins et la taille courte du mois de mars les ont fait renaître de manière spectaculaire.





Les affreuses tenthrèdes, fausses chenilles dévoreuses de feuilles, à l’appétit insatiable, qui pullulaient l’an dernier se sont cantonnées à quelques rosiers et les dégâts sont mineurs. Les fastidieux ramassages manuels, la suppression systématique des feuilles enroulées (qui indiquent une ponte à l’intérieur de celles-ci) et probablement la sécheresse estivale qui n’a pas permis à la dernière génération de trouver refuge dans le sol devenu trop dur, ont jugulé l’invasion.




Bref tout indique que le jardin va être superbe, la fête ne sera pas gâchée...


Et puis de l’autre côté de la maison, il y la prairie.
Ici pas d’intervention, juste laisser pousser l’herbe et la faucher une fois l’an. L’inverse de la cour….

Ce lieu brut m’émerveille et me ravie chaque jour.

Regarder l’herbe pousser, distinguer les ondulations du vent, les rayons du soleil le matin, la rosée perler, observer le va et vient des oiseaux.




Merveilleuse nature qui s’invite jusque devant nos fenêtres.
Chaque petit déjeuner est une fête.

Nature jardinée, nature sauvage, les deux parties d’un tout, les deux moitiés de mon cœur, vous contempler toutes deux me rend heureuse et complète.


Commentaires

  1. Superbe ta cour... Je n'avais pas encore vu les deux massifs près des grilles... Ils sont très originaux et beaux. Bises. Béné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Béné, eh oui ça fait trop longtemps que toi et Malo n'êtes pas venues voir le jardin! Si vous avez le temps le printemps prochain se serait sympa.
      Bises

      Supprimer
  2. Tu peux être fière de toi et du travail accompli ce printemps. Je suis fan de ta cour, de cette belle table en pierre et des auges remplies de plantes grasses.
    Les roses doivent exploser chez toi, ce week end est estival!
    A très vite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Sophie,
      Merci, j'adore ton jardin! dommage qu'il soit trop loin pour aller le voir, j'adorerais te rencontrer.
      Les rosiers grimpants sont couverts de fleurs, la pergola croule sous les roses. Oui cette année c'est la fête, j'espère que les orages annoncés ne vont pas tout gâcher. En attendant, je profite.
      Bises

      Supprimer
  3. Quel magnifique jardin où tout respire l'harmonie...J'aime beaucoup toutes tes décos qui soulignent les plantes, bref, je suis fan.
    Bonne semaine, Véro.

    RépondreSupprimer
  4. Magnifique que votre jardin et je me souviens très bien des début de la création .
    Félicitations c'est un régal cette balade .
    Je vous souhaite un beau mois de juin .
    Emmanuelle

    RépondreSupprimer
  5. Tous les bonheurs du jardin réunis : créer, dessiner, planter, et voir le résultat combler ses espérances ; laisser faire et admirer la nature dans ses œuvres. Vous pouvez être fiers et heureux du travail accompli. Profitez de tout. Bises

    RépondreSupprimer
  6. J'adore ta cour avec ces massifs si bien mis en valeur par les murs de pierre. Tu dois être heureuse d'admirer le fruit de tes efforts fournis ces dernières années. Bonne semaine !

    RépondreSupprimer
  7. Cette nature jardinée et cette nature sauvage vont si bien ensemble !
    Les deux forment un tout harmonieux et ressourçant.
    Bravo pour le travail accompli !
    Aude.

    RépondreSupprimer
  8. que c'est joli chez vous, un havre de paix ! j'adore

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

La bouture à l’étouffée

La fin d’une espèce invasive : les ailantes

Les championnes du régime sans eau

Paul transon, un gentil géant.

La floraison des rosiers

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

Le jardin sauvage

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Rétrospective mars : émergence