Aménagement de la cour, épisode 1 : le plan


La cour telle qu’elle est actuellement est le résultat d’un long travail mené pendant presque cinq années car en concevoir la disposition s’est avéré pour moi très laborieux.
Les livres de jardin si utiles dans le choix des plantes et les conseils de plantations se sont révélés muets sur le sujet et n’ont pas permis de donner des réponses aux questions que je me posais :

Comment animer un espace et articuler entre eux les différents massifs ?

Quelle forme leur donner ?

Planter des rosiers et des vivaces suffit-il à créer une identité à un lieu ?

La cour à notre arrivée en décembre 2008
Depuis le début de notre histoire avec cet endroit, la cour  me fascine. 
La beauté qu'elle dégage, maison et grange sont superbes, m’ont donné l’envie d’y raconter une histoire. 
Celle d’une vieille dame qui évoquerait les années folles de sa jeunesse et sa beauté passée avec un brin de légèreté et de malice. 
Madame Bonnefamille dans les Aristochats en quelque sorte…

Mais comment faire ? 
Comment traduire cette envie ?

Le but de cet article est de vous faire partager mon cheminement.

état des lieux à notre arrivée en décembre 2008
Les trois premières années, j’ai installé mes premiers massifs, le long de la grange et de la palissade en bois. Ensuite j’en ai créé un autre plus étroit sur un des côtés du mur de clôture. Et puis je me suis arrêtée, complètement insatisfaite du résultat.


Tout cela n’apportait rien. J’avais simplement redessiné un rectangle dans une cour rectangulaire et diminué les bords de ma cour, rien de plus. Sans compter qu’on embrassait du regard la totalité du lieu qui semblait toujours aussi vide. On ne faisait qu’y passer. Deux longues années d’attente s’écoulèrent.

la cour, un espace toujours aussi vide malgré la création du massif le long de la grange...
...et de celui contre la palissade
J’ai donc tout repris depuis le début. Nous avons mesuré la cour avec Gilles, dessiné un plan et reporté dessus les arbres existants et les éléments pérennes comme la maison, la grange, les grilles et la palissade.
Puis je me suis demandé quels espaces devaient rester vierges de tout massif et quelles étaient les circulations à conserver. Il m’est apparu que l’espace devant la porte de grange devait rester dégagé. Il nous fallait passer du portail à la grange, puis de la grange au passage débouchant sur l’espace à l’arrière de la maison et également de la porte de la cuisine au portail. Tout le reste pouvait potentiellement être planté.
2011 : après la création des massifs périphériques insuffisants à remplir la cour,
base de travail pour une nouvelle réflexion

J’ai essayé de donner à mes massifs des dimensions proches des bâtis existants pour qu’ils paraissent s’intégrer naturellement au lieu. J’ai par exemple créé un immense massif rectangulaire qui s’étire presque tout le long de la façade. Comme j’avais envie que l’on puisse se promener, je l’ai décalé d’environ un mètre pour créer une allée entre la maison et celui-ci. Pour éviter qu’il ne paraisse trop grand, nous avons décidé de le découper en créant en son centre deux passages délimitant un petit massif losange face à la fenêtre et au banc de pierre.

la contre-allée derrière le grand massif, une invitation à la promenade

vue de l'autre coté, on aperçoit la porte de la cuisine et au premier plan le massif de la lasagne
De même nous avons doublé le massif de la palissade d’un second massif, marquant de manière forte l’espace près de la porte de la cuisine et dessinant un chemin pour s’y rendre. De cette porte, il cadre la vue sur la table de pierre. De la cour, il donnera à terme une impression de profondeur.

le massif de la palissade séparé par une contre-allée du massif de la lasagne


les bouleaux à notre arrivée en 2009

 vue de la cuisisne en 2012 avec la table de pierre
2015 la vue est cadrée sur le massif de la table 
De la visite d’un très beau jardin en Belgique, j’avais gardé le souvenir de deux cercles, l’un vide et l’autre plein. De part et d’autre du portail, j’ai souhaité reproduire ces courbes symétriques sans pour autant être semblables. J’ai donc dessiné un premier cercle dans lequel les deux bouleaux déjà présents sont venus s’inscrire, c’est le cercle vide. Ses contours se devinent ; minéral, son centre est occupé par une table ronde en pierre.
le début du massif du cercle vide

la table de pierre entourée par le massif dessiné en creux
Il sera complété par un marquage au sol pour achever de le refermer. Le second cercle de l’autre côté du portail sera plein, entouré de haies basses et rempli de plantes.

Le plan final : en partie haute le cercle vide à gauche et le plein à droite,
coté gauche, le massif de la palissade doublé du massif de la lasagne
le long de la maison, le grand massif et sur la droite le massif de la grange.
au centre, le massif de liaison. Le cercle devant la porte de grange sera dessiné par des pas japonais
Les voies de circulation matérialisées en rose sont respectées.

Récemment Gilles, m’a fait remarquer qu’il manquait un dernier massif ; un qui nous servirait de trait d’union entre les courbes et les traits. Nous avons donc créé, sur le papier pour l’instant, un massif de forme bizarre, rectangulaire au fond et en arrondi rentrant devant.


Face à la grange et au portail l’espace reste donc dégagé, les massifs emplissent le reste de la cour, laissant visible des allées pour la circulation. Les contre-allées derrière les massifs et le long de la maison invitent à la promenade. Le schéma combinant les droites et les courbes est dynamique, les massifs rectangulaires traditionnels rappellent la maison, la modernité est apportée par les courbes.

Un signe qui ne trompe pas : depuis que nous avons commencé cet aménagement nous vivons dans cet espace alors qu’avant nous nous tenions de l’autre côté de la maison.


Commentaires

  1. C'est vraiment super. Le rendu, toute la réflexion faite. L'endroit était beau mais vide. Vous l'avez rempli d'une façon très esthétique... Bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Béné,
      Merci, je suis ravie que l'article et le plan te plaisent.
      J'espère avoir réussi à expliquer quel était le cheminement qui m'y avait amené, quelles ont été mes impasses et mes choix pour arriver jusqu'à ce croquis dont je suis assez fière.
      C'est la première fois que je dessine quelque chose d'aussi complexe et abouti.
      Bonne semaine

      Supprimer
  2. Voila un travail approfondi et murement pensé, il donne corps à cette cour qui gagne en raffinement
    Le tout c'est de trouver l'idée et puis tout le reste suit naturellement, pas évident lorsque l'on y pense mais le travail entrepris porte ses fruits, j'ai hâte de voir la suite
    J'aime beaucoup l'idée des massifs à côté de la grille et cette volonté de leur donner chacun une perspective différente tout en restant sur le même volume
    Passe une belle semaine et de très jolies fêtes
    @ bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Christine,
      La conception d'un espace est toujours une lente quête. Alors on cherche dans ses souvenirs, dans les coups de coeur reperés lors de visites de jardins.
      Et après on fait sa petite cuisine...
      Mais avant de partir dans la phase créatrice, faire un plan et repérer les circulations me semble primordial.
      Bonne semaine et joyeuses fêtes de fin d'année.

      Supprimer
  3. Bonjour!

    Très, très intéressant, cet article sur les évolutions de votre réflexion et par suite, l'élaboration de cette partie du jardin. Tout est bien pensé, tout s'articule parfaitement. Il reste à finaliser toute la végétation. Encore du bonheur en perspective! En tout cas, bravo! Voilà qui va aider ceux ou celles qui se lancent dans l'aménagement d'un jardin.
    Excellente journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Marie,
      Je suis contente que cet article vous intéresse. C'est bien vous parliez de la végétation à finaliser car je compte écrire plusieurs articles sur l'aménagement de cette cour. Le plan est le premier de cette série. Il y en aura un sur les choix végétaux.
      Bonne soirée

      Supprimer
  4. Oui tes explications sont très claires. Tu peux vraiment être fière du croquis et des très bonnes idées. Très belles fêtes de fin d'année!

    RépondreSupprimer
  5. J'aime beaucoup cet article ! C'est super de voir l'évolution de cette cour au fil des années. Tous les plans réalisés et imaginés avec minutie pour ensuite observer le résultat très réussi. Très intéressant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Lulu,
      Avec cet article, j'ai fait un petit retour en arrière et j'ai pu mesurer tout le chemin que nous avons accompli en 6 années. Depuis que j'ai dessiné ce plan tout semble limpide.
      Bonne semaine.

      Supprimer
  6. Bonsoir. Très beau projet qui laisse entrevoir un esprit charme et chic. Dans ce magnifique cadre, la réalisation sera superbe. Bonne continuation et bonnes fêtes de fin d'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Merci pour les compliments ça me va droit au coeur. J'ai passé beaucoup de temps à rédiger cet article, à choisir les photos, à faire qu'il soit compréhensible. J'espère y être parvenue.
      Bonne fêtes

      Supprimer
  7. Quel bonheur et quelles angoisses lorsque l'on est sur son plan crayon à la main ! J'adore ces moments de rêves, de réflexion(ss !)Puis les tracés au jardin...les plantations...
    Cette cour devient de plus en plus jolie et ce nouveau projet l’embellira encore .
    Doux rêves.

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir Jacqueline,
    Je suis comme toi, malgré les doutes et les errances, l'imagination, la création sur le papier d'un espace c'est un moment grandiose.
    Pour moi c'est une sorte de gestation : j'imagine, je réfléchis, j'articule les différentes idées, je les confronte, je les dessine...
    Douce rêverie à toi aussi

    RépondreSupprimer
  9. J'ai enfin le temps de reprendre le chemin des blogs.Je suis impressionnée par ta démarche et tes cogitations.Nous qui avons toujours fait au coup de coeur.Au moins cela t'évitera des déconvenues et des modifications incessantes.Je sais bien que je devrais prendre exemple et je vais m'y efforcer.Maintenant , tes croquis sont dignes d'un paysagiste.Je le montrerai à mon fils.
    Effectivement, j'aime ce mélange de courbes qui atténue la rigueur des tracés rectangulaires de ta cour.Le style que tu veux donner s'intègre bien à tes bâtisses par son classicisme.J'ai passé un bon moment à revenir en arrière et en avant pour bien me repérer et tout est bien clair.pour moi.J'imagine maintenant ta cour et tes plantations.Alors, j'attend la suite mais vraiment , bravo! Je te souhaite une bonne nouvelle année 2016 Bénédicte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Maryse,
      Merci pour ce que tu as écris, je vois que tu as précisément saisi ce que j'ai voulu faire.
      Personnelement même si je suis très attachée aux coups de coeur, je les réserve aux choix végétaux.
      Par contre, je pense qu'élaborer un plan donne une vision claire de là où on veut aller. Il permet de vérifier la cohérence et l'articulation des massifs entre eux. C'est la colonne vertébrale d'un jardin.
      Des coups de coeur naissent la spontannéité; mais pour moi pas de beauté, ni de création sans contrainte.
      Bonne année 2016 à toi aussi.

      Supprimer
  10. C'est très intéressant de suivre ton cheminement intellectuel pour l'élaboration de ton jardin. Facile de planter mais concevoir un plan harmonieux, c'est une autre paire de manches ! Finalement, tu as fait le choix d'une disposition classique, géométrique qui respecte l'âme des lieux. Courbes et angles droits s'harmonisent parfaitement. On sent beaucoup de rigueur en toi et une certaine dose de perfectionnisme ! Je te rejoins à 200%, même si j'avoue ne pas avoir été aussi organisée avec mon premier jardin.
    Bref, bravo pour tout ce travail accompli.
    A bientôt pour la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis partie sur un plan classique avec juste une touche de modernité pour rester dans l'ambiance que dégageait cette cour.
      C'est aussi ma vision des choses, s'appuyer sur le passé, s'en inspirer et y ajouter une simple relecture contemporaine.
      Par contre de l'autre côté ce sera completement différent à l'image de cette maison à double visage.

      Supprimer
  11. Voici un article très intéressant, clairement rédigé et illustré. J'ai vraiment eu du plaisir à suivre votre cheminement et l'évolution du projet! Les croquis sont bien dessinés pour qu'on visualise d'où vous venez et vers quoi vous tendez! Et les formes des massifs s'harmonisent avec le bâtiment. Ces 6 années de patience et de réflexion ont porté leurs fruits! Je dis "bravo"!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Malorie,
      J'ai passé beaucoup de temps dans l'élaboration de cet article en essayant de le rendre cohérent et compréhensible. L'articulation entre le texte, les plans et les photos n'a pas été simple.
      Quand au plan en lui même depuis que je l'ai conçu, les choses me semblent limpides. Il n'est sans doute pas parfait mais il me convient et depuis j'avance, je sais où je vais.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

Les championnes du régime sans eau

La bouture à l’étouffée

Paul transon, un gentil géant.

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence

La floraison des rosiers

Un an ensemble