Le Banks



Voilà plus de 10 ans que je rêvais d’en avoir un.
Un beau rosier de Banks à la floraison jaune comme un mimosa.


Mais il me fallait trouver l’endroit adéquat. Bien qu’étant le plus rustique des banksiae, ce n’est pas non plus un champion de la résistance au froid. Il nécessite un lieu bien abrité.
Lorsque j’ai en 2015 dégagé ce bac en ciment dans la cour, le long du mur sud de la grange je me suis dit que j’avais trouvé là l’endroit idéal pour le planter.
Hiver 2015, je me suis lancée, enterrant bien le petit rosier issu de bouture, pour qu’en cas de fort gel, la partie sous-terraine puisse repartir. 


Dès la première année, lorsqu’il a envoyé tous azimuts  ses tiges de deux mètres de haut, j’ai su que j’avais à faire à un costaud. Je le palisse à peine car ses tiges poussent derrière les fils tendus et prennent appui dessus. Je le taille peu, enlevant juste ce qui me gêne. Il a un côté indomptable.


Pour sa troisième année d’existence il m’offre enfin sa première vraie floraison.
Et comment ne pas craquer pour cette avalanche de petits pompons jaune doux… Sur la grille bleue qui peine à le contenir il tombe en longues guirlandes fleuries.


Voilà presque trois semaines qu’il nous enchante notre rosa banksiae lutea.
Ajoutez à cela qu’il est persistant, n’est pas épineux du tout, qu’il est sain et qu’il va défleurir tout seul… Toutes ces qualités compense son absence de remontée et son côté frileux.
La neige et le gel de cet hiver ont grillé son feuillage. Un mois après il avait émis ses nouvelles feuilles et cela ne se voyait plus du tout.


C’est le premier à fleurir et je lui souhaite d’ouvrir pendant encore de longues années le bal des roses au jardin et de continuer à nous émerveiller par sa floraison à nulle autre pareille.



Commentaires

  1. un superbe portrait de ce rosier merveilleux. J'ai la version blanche car mon mari ne voulait pas le jaune. Mais je suis un peu déçue par sa couleur qui manque de pureté. En revanche j'aime beaucoup son feuillage, dense, aérien, doux au toucher.
    Bises Béné, bon week-end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Alix
      Moi aime guère le jaune, je rêvais de celui-ci car le jaune est vraiment doux. D'année en année sa floraison s'étoffe, j'espère que bientôt nous assisterons à un embrasement complet.
      Par contre pas de parfum, contrairement à la forme blanche. Tu confirmes?
      Bon week-end à toi

      Supprimer
  2. j'ai eu un rosier de Banks mais j'ai du m'en séparer devant l'ampleur du sujet et sa propension à se disperser un peu partout, qu'il était beau, somptueux devrais-je dire
    C'est un très beau rosier, dommage qu'il soit peu résistant aux grands froids
    Gros bisous et belle soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que son emplacement doit être choisi avec soin. Au jardin cet hiver le gel et la neige de cet hiver ont seulement grillé quelques bout de branches.
      Bonne journée

      Supprimer
  3. je me souviens dans un commentaire précédent m'être étonnée d'apprendre que tu avais un banks qu'on ne cesse de présenter comme un frileux de première (je me souviens qu'il y a 30 ans on disait de même pour les choisya qui avaient surpris finalement tout leur monde en 1984/85 par leur résistance au froid ) eh bien voilà que tu apportes le preuve contraire et c est bien heureux ... et tu as surtout eu raison de tenter l'expérience ...certes il faut l'abriter mais quand je vois effectivement sa présence au bout de 3 ans, ton seul souci avec lui va être de le contenir ... moi je le taille en grosse boule ... (plusieurs fois par saison!) alors vive le banks et en 2012, où il avait de tout même un peu ronchonné en raison des -12 pendant une semaine, eh bien il s'est vite remis de sa bouderie et a fleuri normalement voire plus le printemps suivant... beau dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Hélène,
      Je pense qu'il faut tenter. Je savais qu'à l'endroit où je le plantais il était protégé sur deux côtés et exposé plein sud.... les meilleurs conditions possibles.
      Je pense effectivement que mon plus gros soucis va être de le maîtriser tout en lui laissant de sa folle exubérance.
      Le conduire en grosse boule doit être très joli.
      Bises

      Supprimer
  4. Il est énorme ce rosier, je suis impressionnée ! Tu as la chance d'avoir un grand mur pour le protéger du froid. Une belle découverte. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lulu,
      Il est donné pour aller jusqu'à 10 mètres... si c'est le cas me mur ne sera pas assez grand!
      Bon dimanche

      Supprimer
  5. Quelle vigueur dis donc! En 3 ans à peine, il est devenu imposant! Et magnifique! Ses roses sont d'un jaune assez doux, j'aime beaucoup! Et puis, il arrive avant tous les autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Malo,
      Tu vois avec ton article sur hogunis tu m'as donné envie... je pense que ce précoce là va rejoindre mon massif des abeilles....
      Bises

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

La bouture à l’étouffée

Les championnes du régime sans eau

Paul transon, un gentil géant.

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

La floraison des rosiers

La fin d’une espèce invasive : les ailantes

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence