Premières floraisons


Alors que les derniers vestiges de la saison passée se désagrègent lentement, nous laissant parfois des œuvres fugaces d’une beauté toute en déliquescence.



Les toutes premières floraisons annonciatrices d’un nouveau cycle sont déjà là. Elles transpercent la grisaille du temps et luisent au jardin comme la lumière de lointains pulsars…

Elles me permettent de patienter encore un peu… car même si les températures sont plutôt douces, ce n’est pas encore le printemps.

Laissez-moi vous les présenter.


Il y a le coup de cœur du moment, ce cyclamen Coum avec ses jolies feuilles argentées. Planté depuis moins d’un an au jardin sa première floraison rose pimpante paraîtrait flashy si ses fleurs n’étaient pas minuscules, à peine plus grosse qu’une violette. Mais une telle intensité en ce moment ça fait du bien. La tasse doit s’étendre, j’ai hâte…


Il y a également l’hamamélis Ruby Glow, un fidèle depuis 4 ans. Je le pensais délicat il s’est révélé résistant à la sécheresse. L’arbuste prend petit à petit une silhouette convenable. 



Il avait malheureusement été malmené la première année passée chez nous. Les faisans s’en étaient servi de perchoir, cassant trois des quatre branches et les lapins avaient consciencieusement rongé tous les bourgeons accessibles sur 50 cm de hauteur. Je l’avais en hâte entouré de grillage mais le mal était fait, il avait piètre allure. Le voilà donc un peu plus présentable. J’aime sa belle couleur rouge profond.

Un autre petit nouveau, tout en charme et délicatesse. 


Des grappes de fleurs de porcelaine pour une floraison précoce : c’est le ribes laurifolium. Son feuillage est persistant, sa silhouette légère et une petite taille; parfait pour venir animer un massif en hiver… Espérons qu’il se plaise au jardin car je l’ai planté cet automne, je n’ai donc aucun recul sur sa capacité à survivre au jardin.



Et puis, il y a ces plantes plus communes, mais si précieuses pour les abeilles comme le lonicera Fragantissima. Ce champion de la résistance toute catégorie, planté sous les érables tentaculaires  résiste à la mi-ombre, à la sécheresse et à leurs racines.


Généreux il marcotte dès qu’une de ses branches touche le sol et j’ai récupéré celles-ci pour les installer dans des endroits difficiles. Et quel parfum…


Il y a les discrets perce-neige qui commencent à former quelques touffes… Les immenses tapis blancs de mes rêveries ne sont pas pour tout de suite…




Enfin les hellébores niger ont entamé leurs floraisons… Bientôt elles seront supplantées par les sublimes orientalis… mais ça c’est une autre histoire...


Commentaires

  1. Tes photos sont très belles. Je vois que ton Hamamelis ruby glow est en fleur aussi ! Je découvre un arbuste que je ne connaissais pas : le ribes laurifolium. Je note...
    Bonne soirée à toi.
    Christophe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Christophe,
      Je l'aime beaucoup ce Ruby Glow! Il est encore tout petit mais j'aperçois sa jolie floraison depuis mes fenêtres et c'est un vrai bonheur.
      Le ribes laurifolium est intéressant car il n'a des feuilles qu'aux extrémités des branches, il laisse passer la lumière et le regard.
      Bonne soirée à toi

      Supprimer
  2. De très jolies photos, avec du soleil en plus!!
    Bon weekend, Véro.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Véro,
      On a traqué la moindre éclaircie, le moindre rayon de soleil pour prendre des photos.
      Bonne semaine

      Supprimer
  3. Tes photos sont magnifiques. Cette photo de la capsule sur le sol de feuilles mortes trempées par les pluies est de la pure poésie. J'adore cet hamamélis Ruby Glow, quelle délicatesse. Je n'en ai pas chez moi et c'est bien dommage. On ne sait jamais si une place se libère au jardin. Bon WE. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Patricia,
      Tu peux garder Ruby Glow dans un coin de ta mémoire, il ne pousse pas très vite et ne sera jamais très grand 4m max. L'été il passe inaperçu et normalement l'automne il prend de belles couleurs. Mais pas toujours, il ne l'a fait qu'une fois en quatre ans chez nous.
      A bientôt. Bises

      Supprimer
  4. Photos superbes et texte de même, tu nous gâtes !
    Décidément ces cyclamens doivent venir illuminer mon jardin l'an prochain, c'est dit ! Je suis aussi une adepte convaincue du lonicera fragrantissima. Ce joli laurier m'intéresse, tu nous en reparleras ? Beau week-end. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Florence,
      J'ai planté des cyclamens de Naples pour l'automne et ce petit coum pour le printemps mais je ne pensais pas qu'il fleurirait aussi tôt dans la saison. Comme je l'ai acheté au mois de mars encore en fleur je me dis que sa floraison doit durer assez longtemps.
      Pour le ribes j'ai quelques doute sur sa capacité à supporter la sécheresse, on verra cet été.
      Bonne semaine à toi et à bientôt

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

La bouture à l’étouffée

La fin d’une espèce invasive : les ailantes

Les championnes du régime sans eau

Paul transon, un gentil géant.

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

La floraison des rosiers

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence