Essaim à domicile

vue large du verger, avec l'essaim au fond...

Hier soir un bel essaim est venu se percher dans un de nos pruniers, Gilles est allé le cueillir.
Allez je vous raconte…
Tout d’abord il faut mettre une tenue d’apiculteur, les belles butineuses n’aiment pas qu’on les dérange.

Vous ne le voyez pas ? là dans l'arbre

gros plan sur la grappe d'abeilles

Puis on prend la grande échelle qu’on pose délicatement contre le tronc et on se munit d’un seau et d’une brosse. Gilles monte tout là-haut et brosse l’essaim, faisant tomber les abeilles dans le seau. Puis il redescend vider le seau rempli d’abeilles bourdonnantes et furieuses dans la ruche au sol. Et il recommence l’opération plusieurs fois.

Gilles en équilibre instable entouré d'un nuage d'abeilles
 brossant l'essaim pour le faire tomber dans son seau
Si la reine est capturée l’essaim finit par rejoindre de lui-même la ruche. Si elle est restée en haut dans l’arbre, tout le monde remonte et tout est à recommencer.
Par chance, au bout de 4 seaux vidés et d’une vingtaine de piqures ; l’essaim a commencé à descendre dans la ruche.

allez hop! dans la ruche

Ce n’est pas le premier qui vient à demeure cette année.

l'essaim est maitenant tout petit

La météo maussade est propice en ce moment à l’essaimage. Le mauvais temps confine des milliers d’abeilles dans les ruches et cette surpopulation perturbe la diffusion des  phérormones émises par la reine. Son odeur s’en trouve diluée et les abeilles pensent qu’elle est sur le déclin et commencent à élever des remplaçantes. Une partie de la population restée fidèle à la reine actuelle quitte la ruche avec elle pour aller s’installer ailleurs.

les abeilles rejoignent leur reine dans la ruche posée sous le prunier

C’est ce qu’on appelle l’essaimage et c’est un phénomène naturel chez les abeilles.

une heure plus tard il n'y a plus rien dans l'arbre

Voir un essaim se déplacer est très impressionnant, la masse tournoyante des abeilles émet un puissant vrombissement. Elles sont gavées de miel pour pouvoir tenir plusieurs jours et ne sont pas agressives, sauf bien sûr pour quiconque s’essaie à les déloger…


Hier nous avons également piégé notre premier frelon asiatique de l’année. Les sales bêtes sont encore dans les parages…
nos pièges à frelon asiatique

frelon asiatique

Commentaires

  1. Coucou
    ces bestioles ont tellement bien envahies le pays qu'il est impossible désormais de pouvoir espérer les éradiquer, je croise les doigts pour que les scientifiques puissent trouver rapidement une solution efficace mais sans danger pour les autres espèces
    Pour ma part j'en ai vu trois cette année et je n'ai pas envie de réitérer l'expérience
    bon dimanche
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Christine,
      Ces frelons asiatiques c'est le coup de grâce pour les abeilles.Ce super prédateur a fragilisé encore plus l'espèce déjà malade des pesticides et du varroa.
      Cette capture de frelon intervient un mois et demi plus tôt que les autres années. Soit nos pièges sont devenus super efficaces, soit c'est signe que cette année beaucoup de reines n'ont pas été tuées du fait de l'hiver trop doux et qu'on va être envahi...
      Bon dimanche pas trop pluvieux j'espère...
      Bises

      Supprimer
  2. Très impressionnant cet essaim... C'est chouette de nous montrer l'opération de mise en boite. Lol. Bisous. Béné

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Béné,
      Moi je suis restée au loin prendre les photos... je crains les piqures et la masse bourdonnante me fais peur....
      Bises

      Supprimer
  3. Ton mari est impressionnant. Je ne me serai jamais approchée. Et une vingtaine de piqûres... il est sacrément résistant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est super calme, c'est ce qu'il faut avec les abeilles. Moi j'ai trop peur d'elles. Bonne soirée

      Supprimer
  4. Bravo pour cette belle capture.Ici, la pluie et le froid ont bien calmé les vélléités d'essaimage.
    Après 6 récupérations assez faciles, plus rien à mettre en boîte depuis 12 jours... Il y a pourtant encore des ruches vides!
    Enfin, la saison n'est pas encore terminée ,et puis il faudrait quand même qu'elles pensent à nous faire quelques rayons de miel ces braves bêtes !
    A bientôt et bonnes pensées à toute la famille.
    Alain et Martine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou,
      En fait l'essaim venait d'une de nos ruches, la plus forte. Avec le temps pourri la récolte de miel ne va pas peser lourd... Et on peut dire adieu au miel d'acacia...
      Mais bon c'est comme ça...
      Bisous à vous

      Supprimer
  5. Les abeilles sont effectivement en train de beaucoup tourner. Ce week-end nous étions dans l'Oise et le compagnon d'une de mes nièces nous a fait visiter leur jardin qu'ils aménagent de façon à attirer les abeilles. Plusieurs de leurs ruches sont pleines.
    Le 8 mai nous étions à quelques kilomètres de chez nous quand ma fille (adulte, sinon je ne l'aurais pas laissée seule)nous appelle car un essaim venait d'arriver dans le jardin et elle ne savait pas quoi faire. Comme elle craint les piqures, je lui ai dit de fermer la maison et d'attendre. Qu'il était probable que l'essaim irait voir un peu plus loin et qu'au cas contraire nous aviserions en rentrant. Deux heures après plus trace des abeilles.
    Mon fils a travaillé sur le frelon asiatique à la fac de Tours. Ces frelons ont un ennemi naturel qui les parasite et commence à se développer. L'invasion devrait finir par se réguler naturellement. Il faut cependant se méfier des nids qui se forment et croissent très vite en attendant que cela se régule. L'an dernier nous avons eu un tout petit nid dont nous sommes facilement venu à bout car je l'ai repéré très tôt. L'avantage d'un petit jardin !
    Merci pour ce reportage qui nous apprend plein de choses sur la vie des abeilles que j'aime tant voir et entendre bourdonner chez moi. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Florence,
      Effectivement l'université de Tours est en pointe dans l'étude du frelon asiatique. Je crois qu'ils travaillent sur la mise au point d'un piège spécifique efficace.
      Gilles a aussi entendu parlé de ce parasite, également de consanguinité chez les frelons asiatiques mais avant que tout ceci se régule beaucoups de ruches vont être détruites par ces sales bêtes. Et ce n'est pure théorie : on ne sait pas vraiment comment tout cela va évoluer...
      Bonne soirée pluvieuse
      Bises

      Supprimer
  6. Gloups, j'en ai froid dans le dos avec cette histoire de piqûres. Ton mari est très courageux ou très... passionné ou les deux !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Alix,
      Oui il est à fond avec ses abeilles...
      Le pire c'est que le lendemain, notre fille de 9 ans l'a aidé (elle avait un chapeau d'apiculture, des gants et c'était sur une opération peu dangeureuse)... 2 piqures pour elle mais pas de peur, de l'intérêt et de la curiosité. La relève est là...
      Bises

      Supprimer
  7. C'est super intéressant de voir comment Gilles a déplacé l'essaim!
    Et puis toutes tes explications concernant l'essaimage m'ont aussi appris des choses! C'est passionnant! Je comprends que ta fille soit attirée elle aussi, en observant son papa!
    Par contre, toutes ces piqûres, brrr...
    Et ces fichus frelons!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Malo,
      Le monde des abeilles est passionnant, leur société, les propriétés du miel, du pollen et de la propolis sont fascinantes. Maintenant je prends en compte leur existance dans mes choix de végéteaux pour leur assurer de la nourriture tout au long de l'année.
      Mais je les aime... de loin... Si voir une abeille butiner me rempli de joie, en voir un millier tourner autour de moi me rempli ... de peur.
      Alors j'admire le self control de Gilles et encore plus celui de Louise...
      bises

      Supprimer
  8. Je reste admirative devant l'intervention de ton mari. Merci pour cet article fort intéressant. Je ne pense pas avoir encore croisé de frelons asiatiques mais je vais ouvrir l'oeil et participer à l'éradication !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Laurence,
      Il existe sur internet des fiches d'identifications fort utiles qui te les présente avec les autre frelons, guêpes et abeilles pour bien les reconnaitre. Lorsque tu en as identifié un tu ne peux pas les confondre avec les autre hyménoptères: en vol ils sont noirs avec une tâche orange sur le devant de la tête.
      Bonne soirée

      Supprimer
  9. Bonjour, j'ai tous les ans au moins un nid de frelons asiatiques et un autre de frelons européens (ou plutôt auropéanisés). l'année dernière, pour la première fois, j'ai eu un énorme nid de frelons asiatiques au sol, dans une buse en béton qui nous sert de support à une roue de moulin. Je suis intéressée par votre piège à frelons. Comment est-il fait ? je vous remercie pour votre réponse. Isabelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il existe plusieur type de piège ''maison'' réalisés à partir de bouteilles plastique d'eau.Cette année j'ai essayé une version la plus simple possible: une bouteille de 1,5 litres percée de 3 trou de 8 à 10mm, et suspendue par le bouchon.
      Le plus important étant de rendre le piège attractif.. en cette saison, le frelon étant dans la phase sucre, je verse un mélange sirop de fraise et bière brune. Plus tard en saison dans la phase protéine du frelon, je remplace le mélange par de la cire avec un peu de miel issue de la désoperculation des cadres.
      Bonne soirée
      Gilles

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

La bouture à l’étouffée

Les championnes du régime sans eau

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Paul transon, un gentil géant.

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence

La floraison des rosiers

Un an ensemble