le jardin


la cour à notre arrivée
Notre jardin est situé en lisière de la forêt d'Orléans, entre Beauce et Gâtinais.

Il n'est pas abouti mais plutôt un endroit en devenir, évoluant de saison en saison, au gré de nos envies, de nos rêves et aussi de notre motivation car la tâche est immense.

Nous arrivons au Coudray en décembre 2008, nous venons d’acheter cette maison . Un coup de cœur, une folie pour cette jolie bâtisse et son jardin abandonné.

Nous posons nos valises et faisons l’état des lieux : le lierre et la vigne vierge recouvrent les façades, dans le petit bois des arbres sont moribonds, les haies de buis et de troène n’ont pas été taillées depuis des années.

Il y a des ailantes à foison, d’immenses trembles, des sapins morts dont un que le lierre a colonisé jusqu’au sommet, de grands noisetiers qui ne donnent pas de noisettes, des sureaux, des bouleaux, une viorne aubier, des ormes malades de la graphiose et un saule pleureur au bois tors.



La première année, aucun aménagement n’est décidé sauf le potager qui est dessiné et commencé dès le printemps.
le plan du jardin en 2015


Nous en profitons pour commencer à défricher et à débiter ce qui reste des arbres tombés lors de la tempête de 1999.

Un sapin douglas étêté trop laid et mal placé est abattu.
Le lierre et la vigne vierge sont maîtrisés.


Hiver 2009 nous plantons une haie de clôture pour nous protéger du vent omniprésent, nous la voulons variée.

Elle est composée d’aubépine blanche, d’alisier terminal, de fusain d’europe, de houx vert, de prunus spinosa et pisardii.

Nous y ajoutons quelques plants de lilas, de sureau, un frêne, et quelques rosiers rugosa.






le bois un espace à repenser
la prairie, une longue perpective... Peut-être un peu trop?

Eté 2010, mon mari et mon beau-père entament la construction de la pergola.


Une jolie grille chinée dans un château sans doute, nous inspire une silhouette toute en rondeur dans l’esprit des serres d’antan.

construction de la pergola : en haut à droite l'endroit à notre arrivée


Un an plus tard elle est terminée et je peux commencer mes premières plantations : cinq rosiers lianes destinés à la couvrir : Aviateur Blériot, Louis Sauvage, Mlle Cécile Brunner clb, Mme Solvay et Neige d’Avril.

la pergola en 2015

Automne 2014, le gros chantier a été la création d’un verger. 

Tout d’abord nous avons abattu les arbres qui s’y trouvaient, de vieux pruniers malades et les avons dessouchés. 
Puis nous avons planté des fruitiers formés en gobelet et deux demi-tiges. 

Pour clore ce nouvel espace une haie d'espèces mellifères est installée avec des aubépines, des argousiers, des bourdaines, des berbéris pourpres et des houx. 
Les charmes sont eux réservés aux haies de séparation entre le verger et le bois.

En tout nous avons planté 200 petits arbres.



Depuis quelques années nos efforts portent sur l'aménagement de la cour. En 2015, le plan est achevé, nous commençons la phase finale de sa transformation en roseraie. ça devrait nous occuper encore un ou deux ans.

Après de nouveaux projets sont en réflexion...


articles les plus consultés

Les championnes du régime sans eau

La bouture à l’étouffée

Paul transon, un gentil géant.

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence

La floraison des rosiers

Un an ensemble