Une pépinière de roses : immersion chez Francia Thauvin


Tout a commencé il y a trois ans environ.
J’étais allée assister à un cours de greffage de rosiers organisé par l’association des Amis des Roses Orléanaises et dispensé par Francia Thauvin et sa fille, Flora Vaillant.
Jusque-là j’avais acheté et planté près d’une centaine de rosiers sans même me poser la question de savoir comment ils étaient produits.

Arrivée à la pépinière : à gauche la serre et les bureaux,
sur la droite la maison de Francia qui vit au milieu de ses rosiers

Les champs de rosiers à gauche du chemin qui mène aux serres.

Mais en regardant leurs gestes habiles et fluides, j’ai eu comme un choc.
Alors leur ai demandé si elles pouvaient m’ouvrir les portes de leur pépinière pour que je suive leur travail.

Francia Thauvin fondatrice de la pépinière, aujourd'hui retraitée mais toujours très présente.
 C'est Flora, sa fille, qui désormais dirige l'entreprise familiale.

A ma grande surprise, elles ont accepté. J’ai donc fait, pendant plus d’un an, maints allers-retours, pris des centaines de clichés, posé des tas de questions et vécu avec elles des moments rares et intenses.

Vue sur les serres de Francia et Flora avec au premier plan une très jolie serre ancienne.

En préambule, je tiens à préciser que cet article traitera uniquement de la multiplication des rosiers par greffage, technique majoritairement utilisée par les pépiniéristes depuis le XIXème siècle pour produire des rosiers. Les autres types de multiplication étant le bouturage, le marcottage, le semis et le prélèvement de drageons.

La création de nouvelles variétés de roses, c’est-à-dire l’obtention, travail de l’hybrideur n’y sera pas abordée.

Les nouveaux bureaux et l'entrée de la serre

A l'intérieur de la serre, des centaines de rosiers, d'arbustes et de vivaces...
Je vous mets au défi de repartir les mains vides... 

A la pépinière tout commence au mois de février par la réception des petits rosiers « rosa canina » qui vont servir de porte-greffe.

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est un porte-greffe c’est un végétal sur lequel on va venir implanter un greffon qui lui est le morceau prélevé sur la plante que l’on cherche à multiplier. Ce porte-greffe est sélectionné pour diverses qualités (force, résistance aux maladies par exemple) qu’il va transmettre au greffon.

Le comité d'acceuil : "Lolo" le chien, les poules et le coq de race pékin et les oies

Pour le rosier, les porte-greffes utilisés par les pépiniéristes français sont : « rosa multiflora » c’est un rosier sauvage d’Amérique qui permet d’obtenir rapidement de très beaux rosiers, mais ceux-ci développent en sol calcaire une chlorose ferrique (les feuilles jaunissent sauf la nervure qui reste verte et la plante meurt au bout de quelques années) et « rosa canina », c’est notre églantier, bien résistant à la chlorose mais produisant des rosiers plus petits au départ par rapport à ceux greffés sur multiflora et qui ont tendance à drageonner. De nombreuses variétés de rosa canina ont été utilisées en Europe et actuellement la plus fréquente est celle appelée «Rosa Laxa» mais dont le vrai nom serait plutôt « Rosa Canina Froebelli ».

A la pépinière, c’est un autre porte-greffe issu de rosa canina : « Rosa Schmid’s ideal » qui est utilisé.

La caisse pleine de porte-greffes à éplucher.


Première étape donc, avec l’arrivée de plusieurs milliers de canina en provenance d’une pépinière spécialisée dans la production de porte-greffes. Ceux-ci sont tout d’abord « épluchés ». Cette opération qui se déroule tout au long du mois de février consiste à couper, à l’aide d’un sécateur, les racines les plus proches des tiges afin de dégager un collet haut pour avoir la place de greffer.

Porte-greffe non épluché, à gauche et après épluchage, à droite.

Juste avant d’être plantés, les canina sont pralinés c’est-à-dire que l’on plonge les racines dans un mélange d’eau et de boue. Dans le jargon on appelle cela le « bousage » ce qui permet d’éviter le dessèchement des racines.

Le tracteur et la planteuse

La plantation a lieu au mois de mars dans une parcelle dont le sol a été préalablement travaillé. Afin de ne pas épuiser la terre, Francia et Flora pratiquent la rotation de culture sur quatre années. Ainsi après la production de rosiers, le sol est laissé en jachère l’année suivante puis pendant deux autres années une culture de céréale de type blé y est faite.

La planteuse vue de l'arrière

Les porte-greffes sont plantés à l’aide du vieux tracteur « Massey Ferguson », héritage du père de Francia lui aussi pépiniériste et producteur de rosiers.
Ce tracteur est un peu spécial car son train-avant a été modifié pour qu’il ait le même écartement que les roues arrière afin de ne pas rouler sur les rangs.


Les roues avant et arrière du tracteur dans le même alignement et qui frôlent le rang déjà planté.

La planteuse, datant de la même époque, est faite de deux roues portant de nombreuses pinces dans lesquelles les deux personnes assisses à l’arrière viennent disposer les porte-greffes tête en bas.

C'est parti ! Flora dispose les porte-greffes dans les pinces de la planteuse.

Zoom sur les porte-greffes tête en bas

En regardant de plus près on s'aperçoit qu'ils viennent d'être pralinés.

Le tracteur est conduit par la main experte de Christelle, l’employée, et va tout doucement. On s’arrête régulièrement pour des réglages et ça repart. Flora et un saisonnier assis sur la planteuse disposent les canina dans les pinces.


Des griffes écartent la terre, les disques viennent y déposer les plants, d’autre griffes referment le sol et voici les porte-greffes repiqués.


Le champ après plantation... si, si, plissez les yeux et cherchez les rangs de porte-greffes.

On les laisse alors pousser tranquillement jusqu’au mois de juillet. C’est à ce moment-là que Flora et Christelle vont greffer…

La suite dans un prochain article à paraître bientôt…
Oui je sais, c’est pénible, vous allez devoir attendre au moins une semaine…


Lien vers le site internet des pépinières Francia Thauvin

Commentaires

  1. C'était passionnant, vivement la suite !
    Aude.

    RépondreSupprimer
  2. Génial! L'expérience que tu as vécu pendant un an! Très contente pour toi et en plus, tu partages avec nous. C'est cool. Gros bisous. Bene

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Béné,
      Oui j'ai eu ce privilège incroyable de les suivre comme ça pendant plus d'un an.
      Elles m'ont fait totalement confiance.
      Le moment de la plantation des porte-greffe a été une expérience très forte pour moi, pleine d'émotion. Voir le tracteur et la planteuse en train de fonctionner et être aux cotés de Flora est inoubliable.
      Bises

      Supprimer
  3. Ton article est absolument génial ! Bravo !! J'attends la suite avec impatience :)

    RépondreSupprimer
  4. Tu nous gâtes sacrément avec un tel reportage. On va tout savoir sur ce travail de titan. Dis-donc, ils sont plantés très proches les uns des autres les porte-greffes. Vite, vite, la suite !
    Bises Béné, à samedi alors 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Alix,
      Oui... ce ne sont pas du tout les mêmes distances de plantation que celles de nos jardins.
      Mais vu qu'ils ne vont rester que 18 mois à cet emplacement rien ne sert de les écarter trop car cela induit plus de désherbage,des pertes en arrosage et il manquerait plus qu'ils nous fasse une énorme racine pivotante...
      A bientôt bises

      Supprimer
  5. Quelle expérience exaltante, cette année passée aux côté de Francia et de Flora ! Un article passionnant dont je me réjouis de lire la suite ! Merci pour ce partage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Marie,
      Effectivement l'expérience était passionnante.
      Bonne semaine

      Supprimer
  6. C'est super intéressant de découvrir le travail réalisé pour obtenir par la suite nos beaux rosiers. Je pense que tu as dû créer des liens spéciaux avec la famille Thauvin. Bon dimanche et à bientôt pour la suite !

    RépondreSupprimer
  7. Super ce reportage!! J ai au jardin des rosiers de chez Francia: je saurai exactement comment ils naissent! Vivement la suite.
    Françoise N

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Françoise,
      Je suis sûre qu'après vous regarderez vos rosiers différemment, en pensant à elles et à leur travail!

      Supprimer
  8. Quelle belle expérience que tu as vécue auprès de Francia et de Flora qui ont partagé leur savoir-faire. Hâte de lire la suite de ton reportage.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Armelle,
      Je mesure ma chance... c'est un privilège rare.
      Bises

      Supprimer
  9. Génial quelle bonne idée, ce reportage est vraiment une mine d'or. J'ai deja commandé chez Francia l'année dernière, ses rosiers sont de grande qualité! Impatiente de connaitre la suite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Maryline,
      Francia et Flora ont un savoir faire incroyable.
      A bientôt donc pour la suite...

      Supprimer
  10. Merci c'est vraiment très intéressant, je ne savais pas du tout comment était planté ces porte greffe. J'ai hâte d'en savoir davantage. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Patricia,
      En fait on ne se pose jamais de question, moi la première, jusqu'à ce cours de greffage il y a 3 ans...
      Cela m'a vraiment donné envie de connaitre leur travail.
      Bises

      Supprimer
  11. Passionnant du début à la fin, enfin le milieu puisqu'il y a une suite ! Quelle fantastique épopée tu as du vivre avec cette famille !J'imagine bien ton émotion à vivre tout cela .Merci de nous le faire partager .Ton explication entre Canina et Laxa est très intéressante.Je pensais que ces porte greffe étaient de nature totalement différente .Or si je comprend bien Laxa est une variété de Canina .Récemment Jean Lin Lebrun me disait que Canina résistait mieux à la sécheresse que Laxa. Du coup , cela ne me semble pas si évident.Il devrait préciser quelle variété de Canina il utilise pour pouvoir comparer.Peut être expliqueras tu pourquoi Francia choisit cette variété 'Schmid's idéal" au lieu d'une autre . Vivement la suite. Bises et bonne fin de semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Maryse,
      Super contente que tu me fasse la remarque sur rosa canina/ rosa laxa... Car moi aussi je croyais qu'il s'agissait de 2 portes greffes correspondant à deux rosiers botaniques totalement différents... D'autant plus que pour brouiller les pistes rosa laxa est bien un rosier botanique... mais ce n'est pas lui qui est utilisé comme porte-greffe, c'est une habitude des pépiniéristes de désigner r. canina froebelli ou r. corifolia froebelli ou encore r. dumetorium laxa sous le nom de r. laxa...
      En fait il existe plein de variété différentes de porte-greffe canina, on peut aussi citer celui appelé pfanders...
      Pour Francia, le porte-greffe "Schmid's ideal" est le plus résistant voilà pourquoi elle l'utilise.
      Bises

      Supprimer
  12. Oh là là c'est super intéressant ! Je vais suivre moi aussi :-)
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis, j'ai une question : une fois les portes greffes plantés avec le tracteur, ils ne sont pas arrosés ?

      Supprimer
    2. Bonsoir Estelle, pas nécessairement.
      Le pralinage leur évite de dessécher.
      Tout dépend de la météo, ils sont arrosés seulement s'il ne pleut pas dans la semaine qui suit leur plantation.

      Supprimer
  13. Super intéressant et ça donne envie d'assister à tout ce beau savoir faire! merci pour cet article :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

La bouture à l’étouffée

La fin d’une espèce invasive : les ailantes

Les championnes du régime sans eau

Paul transon, un gentil géant.

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

La floraison des rosiers

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence