Rosette, une superbe tardive



Voilà bien trois semaines que je la contemple, toute alanguie dans mon massif, les boutons mi-clos, ma belle Rosette, et que je fonde à chaque fois pour son port et sa couleur profonde.



A l’heure où la plupart des rosiers finissent leur floraison certains la commencent, c’est ce qu’on appelle des rosiers tardifs, « the fairy » est sans doute le plus connu d’entre eux et Rosette est un tardif.
Cette belle est née dans notre région d’Orléans en 1926, aux Grandes Roseraies du Val de la Loire et c’est un polyantha.


Le rosier mesure environ 50 à 60 cm de largeur et n’est pas très haut car son port est évasé, très gracieux. Il fleurit en bouquets d’une trentaine de petites fleurs ou plus, d’un rose foncé mat, sans s’ouvrir complètement, les pétales nombreuses restent bien serrés cachant le cœur de la fleur.


Puis le revers des pétales devient progressivement blanc et les roses s’éteignent doucement en palissant. Les pétales tombent au sol, le rosier fane proprement.


le rosier en train de faner

Ce rosier est remontant, il prépare déjà de nouvelles tiges avec plein de boutons et me promet une très longue floraison.
Il est également très sain et a bien résisté à notre printemps pluvieux, par contre l’année dernière il avait souffert de la canicule. Il avait bien fleuri mais il avait perdu son feuillage.

Au centre du rosier deux nouvelles tiges pleines de boutons 


Je vous conseille vivement ce rosier qui aura toute sa place en devant de massif ou bien sur le bord d’un massif étagé tenu par un muret de pierre. Vous pourrez l’associer à « the Fairy » un tardif rose clair ou mieux à « Jean Mermoz » aux fleurs plus doubles  pour obtenir une masse de roses à un moment où toutes les autres sont fanées. Ou à l’inverse, le planter dans un massif en compagnie d’autres rosiers dont il prolongera la floraison en attendant leur remontée.



Pour ma part je n’attends qu’une chose : que ma petite haie de buis pousse pour que Rosette vienne nonchalamment y appuyer ses jolis bouquets. 


Commentaires

  1. Tu es la meilleure ambassadrice des roses orléanaises !
    Rosette n'est pas très 'rose' finalement, presque couleur framboise. Elle a le charme désué de son prénom. Je suis très attirée par ces polyantha qui sont des rosiers si gratifiants.
    Bises Béné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Alix,
      Je suis d'accord avec toi, j'aime beaucoup ces polyantha du début du XXème siècle. Ils ont une place de plus en plus importante dans mon jardin.
      Bises

      Supprimer
  2. Il est très joli.. Et tu as raison. Ils sont précieux ces rosiers qui fleurissent après les autres. Belle journée Béné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Béné,
      Oui, les tardifs on devrait y penser plus souvent... Celui-ci a en plus une grâce et un colori extraordinaire..
      Bises

      Supprimer
  3. Il est bien mignon ce petit 'Rosette', une belle couleur lumineuse et joyeuse, une profusion de roses quand toutes les autres fatiguent, un joli port... Comme dit Alix, tu es la meilleure ambassadrice pour ces orléanaises! ;)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Malo,
      Voilà trois ans qu'il est planté et je ne le remarque vraiment que cette année. Il en jette dans le massif.
      Bises

      Supprimer
  4. Je ne connaissais pas ce rosier orléannais...Fabuleuse cette couleur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Elise,
      Dans les rosiers orléanais il y a les "stars", connus dans le monde entier comme "Albéric Barbier", "Albertine" ou "Ghislaine de Féligonde" mais il ya aussi pas mal de pépites méconnues comme ce Rosette.
      La couleur est effectivement exceptionnelle.
      bonne soirée

      Supprimer
  5. je ne connaissais pas également, je note car cette couleur est étonnante, bon dimanche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Ravie de te l'avoir fait connaitre. Bon dimanche

      Supprimer
  6. Pas de doute , tu sais nous faire craquer et je n'y résiste pas. Penses tu qu'il serait bien à mi ombre ? Ma sempiternelle question mais je n'y peux rien .Il faut que je fasse avec ma configuration de terrain.Je pourrais le mettre en relais de Ben Cant ou de Dynastie , qu'en penses tu ? J'ai vu qu'il existait également un The Fairy grimpant. Il faudrait que je fasse une recherche internet pour le trouver.Je pourrais le mettre avant le rosier "Excelsa" que tu as remarqué sur le blog.Je l'imagine déjà devant le sapin bleuté en fond .Tu vois, je cogite déjà .Mais avec toutes ces tentations , comment faire autrement !!!Bises Béné .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Maryse,
      Chez moi rosette est au soleil 4 à 5 heures par jour aux heures les plus chaudes. Si tu as déjà des rosiers à cet endroit-la je pense qu'il pourra s'y plaire... Avec Ben Cant je pense que ce serait sympas car ces deux rosiers ont un côté gracieux, Dynastie me semble plus raide. Mais bon je n'ai ni l'un ni l'autre...
      The Fairy grimpant? Je ne connais pas...Mais ça semble très intéressant s'il est aussi florifère et résistant. Mais si tu ne le trouves pas je connais un orléanais en pompon rose à revers blanc qui est très joli, un peu dans le style de the fairy, mais non remontant. Je l'ai planté cette année, il est encore tout petit mais sa première floraison m'a fait chavirer!
      Bises

      Supprimer
  7. Comment ne pas résister à un tel plaidoyer si bien illustré.
    Belle fin de semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour à vous deux,
      j'espère bien que vous cracquerez pour elle!
      Pendant un mois en regardant le long massif dans la cour mon oeil a été capté par deux tâches rose : une à l'avant côté droit, c'est Rosette, si belle avec son rose foncé mat. Et l'autre sur le côté gauche à l'arrière avec un rose fuchia d'une luminosité incroyable : Mme Taft... Il fallait que j'en parle!
      Bonne semaine à vous aussi

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

La bouture à l’étouffée

Les championnes du régime sans eau

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Paul transon, un gentil géant.

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence

La floraison des rosiers

Un an ensemble