Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain




Lors de l’article précédent, je vous avais relaté la conception du plan de la cour.
L’étape suivante consiste ensuite à reporter ce plan sur le terrain.


Le plan  de la cour, il nous reste à créer le massif en haut à droite (dit du cercle plein)
et le massif de liaison qui ferme le grand cercle de la cour.
Armés de piquets, d’un décamètre et de bande de chantier nous avons donc avec Gilles arpenté la cour matérialisant par un piquetage au sol les massifs dessinés sur le plan afin de pouvoir juger de leur rendu et ce de différents points de vue.

Vu du premier étage le cercle est bien visible.

Que voit-on depuis la grille d’entrée ?
Ou bien de la porte de la cuisine ?
Ou encore de la fenêtre du salon ? 
Les circulations sont-elles évidentes ?
L’espace pris par les massifs laisse-t-il suffisamment de place au vide ?
Il faut laisser des respirations au jardin surtout dans cette cour qui à la base n’avait pas vocation à être plantée.
On ne peut juger de tout cela qu’en commençant à tracer sur le terrain.

De la grille d'entrée une impression d'espace, à droite le massif de liaison dessine un grand cercle
avec de l'autre coté des pas japonais pour l'instant juste posés continuent le tracé au sol.

Vue de la porte de grange un grand espace de circulation.

Le massif de liaison, rectangulaire d'un côté et en creux et arrondi de l'autre.


Et là j’avoue m’être vraiment beaucoup amusée. Car finalement nous n’avons pas suivi fidèlement le plan. Au fur et à mesure que les massifs sortaient de terre il nous est apparu que nous avions bien plus à gagner en trichant un peu.

Nous avons accentué les lignes de fuite en créant des massifs faussement rectangulaires pour obtenir le rendu que nous souhaitions. L’optique au jardin est un outil  dont il ne faut pas hésiter à se servir. Le cerveau humain, leurré par les informations transmises par l’œil interprète l’espace différemment de ce qu’il est réellement.

 En 2013 lors de sa création, en bleu le tracé tel qu'il aurait dû être si nous avions suivi le plan à la lettre.
Nous avons jugé plus intéressant de resserrer la perpective pour cadrer la vue sur le futur massif du cercle plein.


Comme rien n’était vraiment droit dans notre cour, nous avons décidé qu’à certains endroits nous aurions de belles perspectives et plutôt que de déplacer des arbres de plus de 10 mètres de haut, nous avons légèrement modifié les dimensions ou les angles des massifs.

Le massif de la lasagne lors de son tracé en 2013, le côté près de la haie de buis est plus large
que son opposé au fond.


La perpective crée par les massifs faussement rectangulaires cadre sur la table de pierre,
elle créée une illusion de profondeur.

Cet automne la dernière phase de transformation a commencé, nous avons abattu la viorne obier qui hélas n’était plus trop à sa place dans cette cour.
Bientôt les derniers massifs vont sortir de terre et l’hiver prochain,  de nouveaux rosiers seront plantés. Mais patience…

Création du massif cercle plein. Nous hésitions entre deux tracés.
Finalement nous avons choisi celui qui est le plus à l'extérieur.



Si vous cherchez un livre sur l’optique des jardins je vous conseille : 
« l’Optique des jardins – Elargir l’espace, libérer l’esprit » de Robert Mallet aux éditions ULMER

Commentaires

  1. Beau travail d'architecte paysagiste, le meilleur reste à venir, la création des massifs et surtout les plantations, à suivre donc. Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Isa,
      L'étape du métrage c'est déjà très excitant. Voir les massifs imaginés de matérialiser au sol. C'est un peu l'instant de vérité...
      Bonne soirée

      Supprimer
  2. Sacré travail de projection qui a été effectué ! J'aime beaucoup aussi les perspectives et j'aime la sensation d'opulence dans les jardins. Cette cour promet d'être bien jolie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Lulu,
      Ce plan ça fait un bon moment que j'y pense. Le jeu avec les perspectives s'est imposé car rien n'était droit. Du coup on a cherché un autre moyen de penser l'espace. Parfois les contraintes permettent d'aller plus loin...
      Bonne semaine

      Supprimer
  3. waou, j'adore les perspectives que vous avez créées, j'aime ces longueurs et le jeu de profondeur de vos futurs massifs, des choses bien intéressantes et des posts que je vais suivre avec plaisir
    @ bientôt et bon courage pour ces multiples projets

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Christine,
      Ravie que cet article vous plaise. Je vais consacrer plusieurs articles à la création de ces espaces. A bientôt alors

      Supprimer
  4. J'adore ! Un article intéressant, une création de jardin bien réfléchie, cela va être superbe...J'attends la suite.
    Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir jacqueline,
      La suite dans l'immédiat c'est de dépierrer les parties de la cour sur lesquels vont être créés les nouveaux massifs! Puis de monter les lasagnes au printemps. Du travail en perspective...
      Belle semaine

      Supprimer
  5. Coucou Bénédicte, tu as aussi beaucoup de projets pour ton jardin! J'aime beaucoup le plan que tu as réalisé. Il permet d'avoir une vrai vue d'ensemble de tes massifs. J'aime aussi l'idée de pouvoir suivre l'évolution de toutes tes belles réalisations grâce à ton blog. J'ai l'impression d'assister à la naissance d'un jardin. Nul doute que le résultat sera magnifique...
    Bonne soirée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Virginie,
      Je déborde de projets, j'ai toujours 5 ans d'avance sur mes réalisations. C'est parfois pénible pour mon entourage!
      Je suis contente que tu aimes l'idée de suivre l'évolution du jardin sur le blog, ça faisait partie des choses que je voulais partager lorsque j'ai créé le blog. Je voulais parler de mon amours des plantes mais également raconter la transformation du jardin, mes cheminements, mes réussites et mes échecs.
      A bientôt

      Supprimer
  6. J'avais noté ce livre dans mes favoris .Donc , tu confirmes bien son utilité d'apeès ton expérience.Je trouve ça hyper interressant.Finalement , les lignes de fuite , c'est comme en dessin .Ce n'est pas si facile que ça et comme tu dis, l'oeil est trompeur.J'admire, comme tu le sais déjà , ta démarche qui laisse malgré tout la place à l'improvisation .A suivre....Si tu as le temps, j'ai vu sur un blog que je suis une demande d'info sur le rosier Mme Taft .Comme je sais que tu l'as , je me suis dit que tu pourrais peut être la renseigner. Mais ne te sens pas obligée surtout.Je te met le lien de son blog http://kerisit.canalblog.com/archives/2016/03/01/33449771.html
    Bonne semaine Bénédicte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Maryse,
      Je te recommande ce livre il est très complet, non seulement sur l'architecture du jardin, les perspectives, mais aussi avec les végétaux.
      J'irai voir la demande d'info sur Mme Taft.
      Bises

      Supprimer
  7. Un post magistral, pédagogique au meilleur sens du terme. C'est un plaisir de suivre ta réflexion puis de voir les choses passer du dessin au concret. Tu as dû vivre un moment exaltant à enfin définir les limites sur le terrain. Tes explications sur les "astuces visuelles" sont très claires. J'ai le livre à la maison, dans lequel je ne me suis pas encore plongée. Mais après avoir fait les choses assez empiriquement dans mon jardin et cette année étant une année de pause au point de vue plantation, je souhaitais faire le point et à l'aide notamment de cet ouvrage confirmer ou modifier ce qui a été fait. Ton article arrive à point nommé pour me faire démarrer.
    Je suivrai l'aventure chez toi avec beaucoup d'intérêt. Belle journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Florence,
      Effectivement, dessiner ces massifs à été quelque chose de très excitant! Bientôt je vais commencer la lasagne sur le massif du cercle plein et cet été je vais sélectionner les rosiers que je vais y planter à l'automne...
      Je compte d'ailleurs faire paraitre un post sur les choix botaniques de la cour.
      Je te conseille la lecture du livre de Robert Mallet, il est très complet. C'est même un livre à relire régulièrement.
      Je suis impatiente de voir l'application de l'optique des jardins chez toi.
      Bises

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

La bouture à l’étouffée

Les championnes du régime sans eau

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Paul transon, un gentil géant.

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence

La floraison des rosiers

Un an ensemble