Des roses, des roses, des roses…


Je leur avais consacré une page entière de mon blog. Mais je n’étais pas vraiment satisfaite de son contenu.
Je l’ai donc retravaillée pendant mes vacances. J’y ai ajouté la liste de tous les rosiers présents au jardin avec de nombreuses photos et quelques appréciations.

Voilà, je vous invite à la consulter : les Roses

Je ne l’ai pas ouverte aux commentaires. En fait, je ne sais pas si c’est utile.

Qu’en pensez-vous ?
Bonne lecture.


Commentaires

  1. Quel travail, une source de renseignements où nous irons nous désaltérer de temps en temps. Beau week-end à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, c'est mon coté collectionneuse et archiviste, j'y ai pris beaucoup de plaisir... Je compléterai la liste au fur et à mesure de mes nouvelles acquisitions.
      Bon week end également.

      Supprimer
  2. Beau travail j'ai déjà noté le rosier Minerva pour un prochain achat. Bon WE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Isa,
      Nous adorons les rosiers violacés, beaucoup dans les anciens ne sont pas remontants. Celui-ci qui est une création récente est très florifère et remonte bien. C'est un bon choix.
      Bon week end

      Supprimer
  3. Quel travail, j'adore ce côté collectionneur ! Découpe ta liste et et ouvre la aux commentaires...
    Les photos sont belles.
    Bon weekend

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jacqueline,
      Merci pour tes remarques pertinentes.
      Bon dimanche

      Supprimer
  4. On peut te glisser un commentaire ici donc la communication reste ouverte. C'est toujours un plaisir d'échanger.
    Tu as une très intéressante collection de polyantha dont Mle Fernande Dupuy que je découvre.
    J'ai attrapé le virus des roses anciennes avec les obtentions Barbier. Mais Albertine, Alberic, François Juranville sont restés dans mon ancien jardin. L'occasion, maintenant, d'explorer d'autres obtentions Orléanaises dont les polyantha qui prendront moins de place...
    Cette famille de rosiers est ma favorite en ce moment. Je reconsulterai ta liste. Je ne pense pas franchir le pas des roses Nabonnand, malgré mon climat favorable.
    Bon week-end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Alix,
      Oui les petits polyantha du début du XXème siècle sont de vrais bijous, je ne les ai pas tous, il y en a tant... Je leur consacrerai d'autres massifs dans le futur.
      Tout comme toi ce sont les obtentions de Barbier qui m'ont fait chavirer le coeur il y a déjà quelques années. Je n'ai hélas pas assez de murs pour tous les planter... Pour les rosiers de Nabonnand, je te comprends... Je n'en ai pas au jardin car je ne suis pas fan...
      Bon week

      Supprimer
  5. Ça donne beaucoup d´envies en tout cas, trop tard ma commande est faite!
    En tout cas j'ai beaucoup aimé ce billet.
    Bises et bon week-end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour
      Alors tant pis pour la commande de cette année... Peut-être celle de l'année prochaine!!!
      Bon week-end

      Supprimer
  6. Superbe , ton travail ! D'autant plus intéressant qu'il est axé sur les roses Orléannaises.Moi, je l'ouvrirai aux commentaires.On pourrait ainsi comparer en fonction des emplacements et des terres.Ce serait intéresant pour les futurs achats.D'ailleurs nos terres diffèrent , la tienne est plus argileuse que la mienne, très drainante et calcaire même si par endroit , il y a des veines d'argile.Je suis étonnée que tu ne les arroses pas plus la première année.Les miens n'y survivraient pas.Ta collection est superbe.Minerva, je l'ai découvert l'an passé aux jardins de Chaumont , offert par André Eve .Par contre, j'avais lu qu'il était sensible au marsonia.Confirmes tu ? Bises et bon dimanche

    RépondreSupprimer
  7. Maryse,
    Ta réflexion m'enthousiame! Echanger sur les roses et encore plus celles crées sur Orléans, les faire connaitre et participer ainsi à leur conservation... C'est ce que je cherche à faire depuis que j'ai découvert combien tout ce patrimoine vivant était fragile... Dans tes précédents commentaires j'ai vu que tu avais pas mal d'orléanais chez toi. Ce serait formidable d'échanger et de comparer sur deux terroirs différents!!
    Pour Minerva que j'ai depuis deux ans dans le jardin, je n'ai pas remarqué de sensibilité au marsonia.
    Bises et bon dimanche également

    RépondreSupprimer
  8. J'ai developpé depuis peu une passion pour les petits orléanais: je possède enfant d'orléans, maman turbat, marie brissonnet, raymond privat, pajotin chedanne..Je prépare actuelement une commande chez francia thauvin et je me torture: perle orleanaise ou mme arthur robichon???
    Quel est ton chouchou?

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir Sophie,
    Quel cas de conscience tu me poses avec cette question...
    Je les aime tous les deux...
    Ils sont assez grands pour des polyanthas (environ 80 cm), de couleur rose foncée, Mme Arthur Robichon est plus foncé et plus dense que Perle Orléanaise et il fleuri en panicules de 25 à 30 pompons, du coup sa floraison est très intense et lumineuse.
    De son côté Perle Orléanaise a de très jolies fleurs semi doubles en forme de coupe et fleuri plutôt en bouquet d’une dizaine de fleurs.
    Donc tout dépend de l’effet que tu cherches… si c’est un rosier avec une forte présence, c’est Mme Arthur Robichon ; si tu veux accompagner ou souligner avec élégance d’autres rosiers ou d’autres fleurs c’est plutôt Perle Orléanaise.
    En espérant que ces lignes t’éclairent dans ton choix… En ce qui me concerne ma commande chez Francia est déjà partie…
    Tiens-moi au courant de ta décision finale…
    Je suis ravie que nous ayons en commun cette passion pour les polyanthas orléanais.
    A bientôt

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

Les championnes du régime sans eau

La bouture à l’étouffée

Paul transon, un gentil géant.

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence

La floraison des rosiers

Un an ensemble