Rétrospective juin : des roses...

 


Comme chaque année, j'attends leur floraison. 
Lorsqu'elles sont là, mes roses adorées, j'oublie un peu le reste. 
Profiter au maximum de ce moment où la cour devient comme un tableau, une œuvre vivante et mouvante. Il y a une montée en puissance, une explosion de couleurs, puis un déclin.
C'est la deuxième année où ce que je vois commence à me satisfaire. Il reste des améliorations à apporter, surtout dans les massifs les plus récents, mais globalement je suis contente. 
C'est suffisamment rare pour que je l'écrive.

Voici la cour début juin, le froid a bloqué la végétation et les floraisons de masse tardent à venir.

 

Puis la chaleur arrive d'un seul coup et tout s'emballe...




Voilà pour les vues d'ensemble. Il y a aussi plein de détails qui me plaisent : tout d'abord le rosier "Clématis " sur le mur de la grange.


Je vous le montre tous les ans, personnellement je ne m'en lasse pas. 
Cette année le cliché est trompeur, le rosier à l'air en pleine forme. Pourtant il a subit une attaque de champignons et a perdu plusieurs branches secondaires qui ont subitement desséchées. Il continue à émettre de nouvelles tiges, je me dis qu'il  se bat, mais je le surveille. Je crains le pourridié ou une autre cochonnerie dans ce genre.


Les rosiers précoces, deux hybrides de pimpinellifiolia, situés dans le massif de la clé de voûte m'ont permis de patienter tout début juin en m'offrant de jolies scénettes.


Cette année "Paula Vapelle" a non seulement fleuri en masse, mais il nous a offert une seconde floraison dès fin juin. 
Puis "Astronomia" et "Mademoiselle Alice Dureau" ont formé un joli duo.



Les jolis coquelicots complétaient le tableau.


D'un coup, dans le grand massif, tout s'est mis à fleurir. Gilles a beaucoup photographié la partie appelée "Tutti Frutti" car c'est sa préférée.




L'autre côté du grand massif est rose et blanc rehaussé par des feuillages noirs ajoutés depuis deux ou trois ans, sans eux il était un peu terne en comparaison.


La superbe euphorbe "Chameleon" qui a le bon goût de se ressemer, mais pas trop...


 La belle pivoine "Sarah Bernard" sur fond de physocarpus.

Sauges, clématite érigée et sanguisorbes accompagnent les rosiers.

Cette année, j'ai ajouté des anthémis roses dans les vases de fleuristes, et je trouve que ça fonctionne plutôt bien avec la floraison des rosiers.



Non loin de là dans le massif de la palissade, la floraison des campanules a illuminé cet espace sombre.


Dans le massif des excentriques les rosiers commencent à s'affirmer. 


"Rose blush" et ses fleurs doubles si délicates.


"Voie lactée" aux  énormes fleurs et la douce "Reine des iles Bourbon" palissés sur le pylône et accompagnés par une clématite viticella à qui je vais devoir trouver un autre endroit pour s'exprimer. Elle est devenue trop volumineuse, écrase un peu ses voisins et masque la structure.


Sur les grilles qui ferment la cour et nous séparent de la route, le beau "Gerbe rose" commence...


puis laisse sa place au superbe "Maxime Corbon"...


Je vous met au défi de décrire sa couleur. C'est aussi lui sur la photo suivante !


Par contre cette année, du fait des pluies incessantes mes rosiers sont pleins d'oïdium, même ceux qui ne l'attrapaient jamais les autres années.
Qu'en est-il dans vos jardins? 
Année à oïdium ou pas?

Le temps des roses est passé, il me reste à nettoyer mes grands rosiers. 
Je suis en retard, mais qu'importe, j'ai besoin de ralentir, de souffler, de profiter.
Je vous souhaite un bel été.




Commentaires

  1. Merci Bénédicte ! c'est toujours un immense plaisir de vous lire et de voir évoluer votre magnifique jardin :)
    Pas d'oïdium chez moi, mais les roses souffrent beaucoup des orages et des grosses pluies, rien à voir avec l'an dernier ...
    J'ai des roses anciennes, mais aussi des anglaises, donc je profite un peu tout l'été des roses.
    Brother Cadfaël, Sourire d'Orchidée, Brocéliande, etc.
    Bon été et à bientôt
    Sylvie

    RépondreSupprimer
  2. Oïdium ou pas, les rosiers s'expriment d'une très jolie façon dans ton jardin, Bénédicte! 'Maxime Corbon' est lumineux, j'adore ces teintes. Merci de me faire découvrir 'Paula Vapelle' et 'Mademoiselle Alice Dureau' que je ne connaissais pas du tout! La balade est belle au gré de tes rosiers♥♥♥ Je te souhaite également un bel été

    RépondreSupprimer
  3. Oui On les apprécie ces roses quand elles arrivent .On les attend tellement ! Tu as beaucoup de chance d'avoir une terre qui les apprécie .J'aimerais tant !Quoique cette année pluvieuse leur a bien convenu et je ne me plains pas .Certains rosiers ont eu de l'oidium mais pas tous .Maxilme Corbon que j'ai en commun avec toi est une vraie merveille.Je l'adore ! Je ne savais pas que le pourridié s'attaquait aux rosiers . J'ai un rosier grimpant qui s'est desséché aussi cette année mais c'est un mulot qui avait creusé une galerie en dessous .J'espère qu'il va s'en remettre .Comme ton mari , j'aime beaucoup la partie "tutti frutti" elle porte bien son nom . Bonne semaine Béné et repose toi bien avec ta famille .

    RépondreSupprimer
  4. Quel joli spectacle ! Le mur de la grange avec rosiers et clématites c'est magnifique. J'aime aussi beaucoup ces grands vases de fleuristes ....où as-tu la chance de dénicher ça ? Les anthémis quelle bonne idée. La pluie a été bienvenue au printemps mais maintenant en voilà assez ! Je n'ai pas profité de certains rosiers plus tardifs car cette pluie incessante brunit la fleur et bien entendu le feuillage. Dès qu'il fera plus sec je ferai une sérieuse coupe des rosiers et du feuillage abîmés en espérant une belle remontée.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

La fin d’une espèce invasive : les ailantes

La bouture à l’étouffée

Les championnes du régime sans eau

Paul transon, un gentil géant.

La technique de l’arcure.

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

La floraison des rosiers

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

Le jardin sauvage

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)