Folies d'hellébores

 


Folies d'hellébore, une fois encore !
Le 7 mars, je me suis rendue au Jardin de Berville, dans une petite fête des plantes qui a attiré de nombreux passionnés comme moi. Thierry et Sandrine Delabroye étaient là avec leurs superbes hellébores orientalis hybrides, je suis repartie avec six spécimens pour le jardin.
Depuis une dizaine d'années j'en installe un peu partout. 
Tout d'abord des simples un peu basiques, dénichés dans des jardineries, mais de plus en plus des hybrides sophistiqués dans des gammes de couleurs étendues.


Simples ou doubles, les hellébores à fleurs blanches n'ont pas leur pareil pour illuminer les endroits un peu sombres.


Beaucoup se sont ressemés abondamment et j'ai commencé à installer leurs rejetons dans le bois.


Dans les tons clairs, il y a des roses pâles ou des blancs ourlés de rose qu'on nomme "picotee" ou encore cette forme appelée cœur d'anémone, lorsque la seconde rangée de pétales est atrophiée et forme comme un jupon autour du centre de la fleur.

un "picotee" très délicat

un hellébore à fleur d'anémone hélas un peu abîmé par les limaces



Celui-ci, à fleur simple et à nervures délicatement coloré de rose et de vert me plaît beaucoup. Par bonheur il s'est ressemé et j'en ai de nouveaux pieds à disposition.


Au fil du temps les pieds grossissent et fleurissent généreusement.


Les hellébores sont idéaux pour amener des floraisons très tôt dans les massifs. En fleurs au même moment que les crocus et les primevères ils forment un ensemble frais et joyeux.


J'en ai aussi des roses un peu plus foncés.


Pour nos abeilles, c'est une source précieuse de pollen à une période où elles en ont bien besoin, les reines recommençant à pondre. Ça bourdonne lorsqu'on s'approche.


Le pied des rosiers est souvent disgracieux, ils le masquent avec élégance.


Une vue d'ensemble du premier massif d'hellébores que j'ai planté, il me sert de pépinière tant les semis sont nombreux.


La couleur des hellébores varie en vieillissant, la fleur, au centre a fleuri avant les autres, elle est aussi plus claire. 



Après des roses, voici les verts. Celui-ci fleurit pour la première fois. C'est une belle surprise.


Allons explorer les tons chauds. 
Depuis plusieurs années les pépinières Delabroye parviennent à obtenir des orangés, saumonés. Je ne me lasse pas d'observer les délicates veinures rosées de celui-ci.


Ils sont aussi vigoureux que les autres, ce pied n'a pas plus de quatre ans.


Voici mes petits nouveaux ramenés de Berville : deux hellébores simples jaunes, assez semblables, qui seront plantés dans notre sous-bois en compagnie des jonquilles et des cornus mas. Comme tout ce petit monde fleurit en même temps, d'ici quelques années il y aura à cet endroit une marée jaune que nous pourrons observer de la fenêtre de la cuisine.


Pour relever le tout, un troisième larron, jaune à macule rouge.
Devant lui, un hellébore avec une fleur comme un nénuphar, rose à centre jaune, trouvera sa place près de la maison pour égayer un coin sombre.


Et celui-là, comment vous dire? Je ne pouvais pas partir sans lui....


Celui-ci non plus d'ailleurs...


Beaux, robustes, résistant au sec comme au froid et fleurissant à une période où nous avons tant besoin de printemps, ces plantes lumineuses et généreuses, sont devenues incontournables au jardin.









Commentaires

  1. Tu as beaucoup de très jolis variétés.Toutes ces obtentions récentes sont très prometteuses et vont permettre de varier les couleurs, et d'en installer vraiment partout !
    Les possibilités d'associations se multiplient, c'est un bonheur. Et qui dure longtemps ! Tout pour plaire. Belle semaine. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Florence, oui ces héllebore ont tout pour plaire, beaux, en fleurs à une époque où les floraisons sont rares, robustes, prolifiques et mellifères... je me régale!
      Bises

      Supprimer
  2. Je partage ton engouement pour les hellebores: j'en installe de nouveaux chaque année et réinstalle beaucoup de semis spontanés ici et là.
    J'ai d'ailleurs décidé d'instaure un nouveau rituel chaque année: commander chez Delabroye 3 de leurs specimens. Ta collection est somptueuse.
    Bonne journée à toi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Sophie,
      Quand on aime... difficile de ne pas craquer... je t'avoue que mon cher et tendre regarde mes nouvelles aquisitions avec bien moins de passion que moi.
      Pour l'instant j'ai la chance que Les Delabroye se rendent à Berville, à une heure de route de chez moi, tout les 2 ou 3 ans, je peux donc leur en acheter avec d'autre vivaces également car ils ont toujours des choses intéressantes.
      Bonne semaine
      Bises

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

La fin d’une espèce invasive : les ailantes

La bouture à l’étouffée

La technique de l’arcure.

Les championnes du régime sans eau

la salamandre et le triton

Paul transon, un gentil géant.

Neige d’avril : une floraison incomparable et parfumée en mai….

La floraison des rosiers

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Le jardin sauvage