Roses en demi-teinte



Me voilà bien lente à sortir cet article sur les roses.
Pourtant ma sélection de photographies est prête depuis plus de deux semaines, il manque juste le texte.
Et c’est bien là le problème… car rien ne vient, pas d’envolées lyriques, pas de mots à assembler, je ne sais écrire que sur ce qui provoque chez moi des émotions fortes.


La faute au mauvais temps qui nous poursuit depuis presque un mois, orages pluies diluviennes gâchent la fête, pourrissent les roses et m’empêchent d’être au jardin à en profiter.

La faute aussi à quelques déceptions. J’attendais beaucoup de mes nouveaux massifs de roses, celui des « excentriques » et le dernier né, appelé « la clé de voûte ». L’occasion enfin de montrer de nouvelles perspectives dans la cour. Mais Gilles ne les jugeant pas assez abouti les a boudés. Idem pour les nouveaux rosiers peu ou pas photographiés. J’ai l’impression de me répéter, de vous offrir à voir les mêmes points de vue que l’an dernier, alors que le jardin évolue.

"Reine des Iles Bourbon" un orléanais  aux fleurs ponctuées
un des rares nouveaux à s'être fait tirer le portrait

La faute encore aux tentrhèdes, ces horribles fausses chenilles qui pullulent depuis quelques années au jardin et viennent de coloniser l’ensemble de mes rosiers en l’espace de quelques semaines. Pas de traitement efficace, le mélange savon noir - alcool à brûler n’a pas eu l’air de les déranger. L’année dernière j’avais tenté la décoction de sureau noir sans grand résultat. Il ne me reste plus que le long et fastidieux ramassage à la main, concevable sur des rosiers buissons. Mais pour les lianes comment faire ?
J’ai réussi à juguler l’invasion mais que d’énergie perdue. Le rendu inesthétique des feuilles grignotées me choque, j’ai éliminé la plupart des clichés.

"Minerva" (violet) et "Radium" aux feuilles grignotées par les tenthrèdes.
J'ai du ôter les feuilles trop atteintes.


Pourtant tout n’est pas négatif, la jardinière perfectionniste que je suis en convient. Les fortes pluies hivernales et printanières ont stimulé les rosiers qui ont fleuri massivement.

Bon… je vous montre quand même.

Dans la cour le massif des sanguisorbes, de plus en plus touffu, je devais devoir diviser celles ci l'année prochaine. Au premier plan le rosier rose foncée "Mme Taft" et le rose tendre de "Radium".



Une nouvelle association qui me plait beaucoup, la pivoine "Sarah Bernard" déplacée il  a deux ans nous offre enfin ses premières fleurs, énormes, parfumées et en totale harmonie de couleur avec le rosier "Radium". Je pensais les couleurs proches mais pas à ce point, heureux hasard.


Une autre association qui fonctionne bien et qui pour le coup est totalement voulue, c'est celle de la floraison du rosier "Mme Taft" sur fond sombre. J'avais déjà tenté d'obtenir ce rendu avec des cimicifuga qui ont malheureusement complètement grillés l'été, mon choix s'est alors porté sur un petit physocarpus "Schuch". Associé avec une euphorbe "Chameleon" ils mettent en valeur la floraison dynamique du rosier.



Toujours fidèle "Mlle Marcelle Gauguin" avec ses tiges couleur prune accompagnée de la sanguisorbe "Tanna". C'est un des rares polyanthas parfumé.


Dans le massif des véroniques la couleur est à la fête.


La belle floraison de la benoîte "Totaly Tagerine" et la véronique teucrium "Royal Blue". Bien que je déteste l'orange lorsqu'il est associé au rouge et au jaune, sa juxtaposition avec du bleu m'a réconcilié avec cette couleur, merci le cercle chromatique!



Derrière le massif des véroniques il y a la haie de buis et deux rosiers orléanais plantés en contraste blanc rouge, "Blanc Pur"et "Paul Ploton", pour leur tenir compagnie une clématite un peu folle, "Paul Farges".



Ça donne des scènes très romantiques...



Tout au bout il y a le massif de la palissade et le massif de la lasagne. Ici "Velouté d'Orléans" rose parfumé et "Lonette Chenault", rose carné sur fond de campanules bleues et de coquelourdes rose fuchsia.



Ghislaine de Féligonde en pleine floraison.


Les hirondelles en métal montent la garde auprès de "Paul Transon".


Cette année celui-ci avait un coloris rose corail uniforme.


Comme il émet de très longues tiges j'en ai profité pour le faire courir sur la grille d'entrée à plus de 8 mètres de son pied.


Du massif de la palissade, vue vers la grange avec au premier plan "Reine des violettes" et sur le mur de la grange avec le rosier liane "Clématis" qui embrase l'espace.


De plus près on ne s'en lasse pas.


Le long de la route les rosiers ne sont pas en reste et la reine c'est "Albertine".


De l'autre côté de la maison, la pergola dont on a absolument pas pu profiter du fait du mauvais temps. Dommage car cette année j'avais bien réussi à palisser les rosiers, ceux-ci formaient une véritable voute.


Planté le long de la maison côté champ, "Pink Cloud" commence à devenir intéressante. Je l'ai longtemps trouvé très laid car il ploie sous les fleurs et les branches ont tendance à retomber vers le sol. Je l'avais gardé car il est bien remontant. Avec une taille suffisante, il est à plus de quatre mètres maintenant, ce défaut devient une qualité, les roses haut perchées sont visibles d'en bas.


Il y a des roses jusque dans le potager, "Probuzeni" et "Violetta" s'en donnent à cœur joie.



Commentaires

  1. Je comprends ta frustration. Idem ici pour les chenilles et les orages. Mon plaisir a été gâché. Mais j'essaie de relativiser et de profiter des belles choses qui existent tout de même au jardin ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Estelle,
      Tu as totalement raison, mais relativiser n'est pas dans ma nature... Mes articles sont pour moi une thérapie, ce blog est mon miroir, j'écris pour les autres mais aussi pour moi. Depuis ça va mieux... ;)
      Bonne soirée

      Supprimer
    2. C'est vrai, tu as raison, je fais un peu ça moi aussi ;-)

      Supprimer
  2. Ne serait ce pas pour toutes les raisons évoquées en début de ton message que les roses sont les reines des fleurs ? Comme beaucoup de reines, si elles font rêver ( parfois une année entière) si par leur beauté et senteur elles enchantent nos sens, non seulement, elles passent à toute allure dans leur carrosse doré mais surtout elles ne souffrent d'aucune imperfection ...il y a dans cette "tyrannie" quelque chose qui me dérange un peu ...c'est pour cette raison que j'ai un peu de mal avec elles... car elles perdent trop vie leur magie à la moindre imperfection ... j'aime les végétaux (les humains) qui restent beaux en dépit de quelques défauts !! certes, si comme je viens de le découvrir, elles sont plantées en masse immense, si elles n'ont AUCUNE feuilles malades, si les petites mains tous les matins enlèvent la moindre "fanure" alors là oui, je peux être en amour avec les roses... mais le prix me semblent très élevé... bref les roses doivent se mériter et personnellement, je ne fais partie des heureux élus... évidemment, tout cela ne se voit pas sur tes clichés .. et cette cour (vive les espaces clos pour les roses!!) est d'un romantisme fou... beau dimanche ... les Barres vont vraiment fermer? bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je me suis encore laissée piégée en oubliant de remplir la bonne case et du coup mon message est signé anonyme .... bises ... hélène

      Supprimer
    2. Bonsoir,
      Vous avez publié votre commentaire sans même laisser un nom, comme c'est frustrant....
      La petite phrase sur les Barres est insuffisante pour me mettre sur la voie.

      Peut-être que le prix à payer pour les roses est élevé mais je vis ma passion.
      Comprenez-moi, les roses anciennes c'est un choc esthétique, une sensation d'absolu.
      Ma cour leur est dédié, mais d'autres espaces sont consacré à d'autres plantes, nous avons même une partie totalement sauvage pleine d'herbes folles.
      Notre jardin est à double visage, le côté pile, romantique, rempli de roses, controlé; le côté face bois, prairie, spontané...
      Vous n'avez pas encore tout vu.
      Bonne soirée

      Supprimer
  3. Et bien, moi qui détestais l'orangé associé à du bleu...tu viens de me faire changer d'avis! L'association Geum-Véronique est super jolie.
    Et malgré les pluies et ces affreuses fausses chenilles, ton jardin est superbe, et drôlement bien fleuri!
    Bon dimanche, Véro.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Véro,
      J'adore cette association elle est très dynamique sans être trop criarde.
      Tu sais je n'ais pas montré les feuilles complément rongées mais ces sales bêtes m'ont fait des gros dégâts
      Bonne semaine à toi

      Supprimer
  4. Bonjour Béné,
    je ne comprends pas pourquoi tu es si pessimiste. Tes photos sont superbes. Tu sais, on est tous logés à la même enseigne. Pluie, pluie et encore pluie. Il faut poser ses yeux sur le beau, le laid peut s'arranger.
    Dans mon jardin, j'ai le rosier 'La Marne ' ravagé par le marsonia et le rosier 'Mme Ernest Calvat' rongé par la rouille. C'est embêtant mais cela ne me contrarie pas. Après leur floraison, je les taille et j'ôte la totalité des feuilles. Je les arrose avec une petite dose d'engrais liquide. Bientôt on y verra que du feu : ils auront un beau feuillage tout propre et de nouvelles fleurs.
    C'est impossible d'avoir un jardin parfait car on cultive beaucoup de plantes.
    Allez courage, ton jardin est beau, ne regarde pas trop les détails !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alix,
      désolé petit problème d'affichage sur le blog, ma réponse figure en commentaire plus loin.... Bises

      Supprimer
  5. Nul n'est forcément besoin de trop de mots, les photos parlent d'elles-mêmes Bénédicte ! J'adore les deux premières ce mixed border est une parfaite réussite, qu'as tu mis en bordure devant le tandem benoîte-véronique teucrium stp ? Le duo au revers Marcelle Gauguin et sanguisorbe Tanna est ravissant. Ton bord de route est magnifique aussi, je me régale . Merciiiii . Bizzzzh.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maryline,
      Je suis désolée, ma réponse se trouve plus plus loin.
      Bises

      Supprimer
  6. Tes massifs sont superbes Béné et il te reste tant de belles roses .La pergola , quelle opulence ! Je n'en suis pas encore là et pourtant notre jardin est plus ancien que le tien ! Mais je comprend car les chenilles depuis l'année dernière détruisent mes rosiers .Alors , entre les lièvres et ces dernières , qui gagnera ? Mais le résultat est le même pour moi , désastreux. Et pourtant , cette année , j'ai trouvé que les rosiers étaient bien plus opulents en tiges et boutons .Enfin, me disais je , j'y arrive !!!Les lianes ont échappé au self service heureusement ! Mais que faire ? Il parait , ai je lu, que le savon noir n'est pas bon pour les coccinelles .Je n'en mets plus .Mais où sont donc passés ces diablesses de coccinelles ? Je n'en vois guère ! Le jardinage me semble de plus en plus compliqué .Doit on penser que les pesticides dans les champs obligent certains insectes à se réfugier dans les jardins naturels ? Ou qu'une chaine alimentaire a disparu ? En attendant, mes rosiers refont de belles tiges, ces chenilles ont disparu d'un coup , de beaux boutons sont en préparation et le suspense est à son comble . Vont ils arrivés à terme ? Bises Béné et excuse moi d'avoir monopolisé les com.

    RépondreSupprimer
  7. Coucou Bénédicte,
    J'ai pensé à ton jardin et à toi pas plus tard qu'il y a quelques jours lorsque j'ai découvert la fabuleuse floraison de mon rosier tout jeune "clématis", quelle merveille, j'espère qu'il sera aussi prolixe que le tient, je l'adore
    J'aime beaucoup la douceur qui se dégage de tes massifs parfaitement mis en valeur par les floraisons et les végétaux bien vert, tu as de la chance de pouvoir garder tes buis, la pyrale fait des ravages..
    Ici ce sont les coléoptères appelés aussi taigne qui sont installés en masse dans les fleurs, j'évoquais justement ce problème avec le producteur bio qui s'est vu considérablement touché ces dernières semaines et qui a vu cette espèce proliférer dès la forte hausse des températures
    Certains de mes rosiers ont d'ailleurs été totalement étête de leurs boutons floraux, ça m'a mise en colère...
    Espérons que les fortes hausses de température prévues en fin de semaine ne vont pas nous ramener encore des bébêtes ravageuses
    Passe une très belle semaine au jardin
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      ravie de t'avoir fait aimer Clématis.
      Pour les buis ils ont été attaqué par la pyrale mais nous avons réussi à arrêter l'invasion avec un ramassage méticuleux des chenille et une pulvérisation le soir de bacillus thuringiensis.
      Bonne soirée
      Désolé de l'affichage désastreux de mes réponses depuis deux soirs.

      Supprimer
  8. On est trop perfectionniste, difficile de se changer!
    Je comprends ta déception, j'ai ressenti la même, d'autant que je comptais sur cette saison pour rattraper l'an dernier.
    On va rebondir et j'essaie de me dire que toute cette eau a bénéficié aux rosiers, qui émettent de nouvelles tiges à leur base, même des anciens.
    Il faut digérer et dans quelques jours tu te projèteras sur l'été et l'automne.
    Bonne semaine

    RépondreSupprimer
  9. La fête s'annonçait superbe mais a été brutalement écourtée ! Si j'avais déjà une de tes pergolas ! Nous avons eu une grosse pensée pour toi il y a dix jours quand nous sommes allés du jardin d'André Eve à Pithiviers, à Chamerolles en passant par Chilleurs-aux-bois.Là aussi le feu d'artifice s'était éteint plus tôt que prévu mais il restait des merveilles permettant de rêver. Pour nous qui n'avions pas tant d'espérance que toi par rapport à ton jardin et à son photographe, je peux t'assurer que le spectacle est déjà assez extraordinaire. Bonne semaine. Bises

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Alix,
    Je suis pessimiste car je vois la réalité de mon jardin, avec les photos on s'arrange un peu avec la vérité mais les feuilles toutes rongées de mes rosiers m'attristent car ces sales bêtes ont vraiment infesté l'ensemble de mes rosiers.
    Chez moi c'est l'oïdium qui frappe pour l'instant et il est encore contenu à quelques sujets, je vais faire un pulvérisation à base de lait écrémé et d'eau cette semaine. J'ai très peu de marsonia pour l'instant.
    Je suis très étonné pour la Marne car chez moi c'est le plus costaud de tous mes rosiers. Quand à la rouille je m'aime pas lorsque mes rosiers en ont. Cette année Blanc Pur, a débourré avec des feuilles carencées et la rouille vient de s'installer, je lui ai retiré toutes ses feuilles et je lui ferai une petite décoction de prèle pour l'aider un peu.
    Je suis d'accord avec toi on ne peu pas être partout, mais tout de même ...
    T'en fait pas ça va aller mieux
    Bises

    RépondreSupprimer
  11. Bonsoir Maryline,
    il n'y a rien devant la véronique royal blue, juste une petite bordure de buis.
    Les massifs commencent à être bien étoffés ce qui me plait beaucoup car je déteste voir la terre nue. Je suis une adepte de l'opulence....
    merci pour les encouragements.
    Bises

    RépondreSupprimer
  12. Bonsoir Maryse,
    Moi aussi je me suis interrogée sur mes pratiques de jardinage avec ces maudites tenthrèdes. Gilles me dit que j'ai trop de rosiers.... Moi je pense plutôt que cette prolifération est due à des conditions favorables pour ces bestioles à savoir paillage et non travail du sol. Ça fait bien 4 ou 5 ans que je les observent dans mon jardin et chaque année elle gagnent du terrain. Là elles deviennent gênantes.
    Je traite très peu au savon noir, les pucerons ne me dérangent pas. Lorsqu'il y a trop je les enlève à la main sur les tiges qui en sont couvertes. Autrement les mésanges s'en chargent.
    Mais cette invasion est différente du fait de son ampleur et des dégâts qu'elle cause. Je me suis refusée à traiter au pyrèthre pourtant qualifié d'insecticide bio mais dont les incidences sur la faune et la flore sont trop importantes pour que je puisse l'utiliser.
    Le salut viendra peut-être d'actions combinées : binage au pied, piégeage et pulvérisation d'huiles essentielles. Rendez-vous l'année prochaine.
    bisous

    RépondreSupprimer
  13. Bonsoir Sophie,
    c'est vrai que ton jardin n'a pas été épargné.
    Et puis c'est terrible de voir une superbe floraison se préparer et ne pas pouvoir en profiter.
    Comme tout le monde je constate que l'hiver et le printemps pluvieux ont cependant été très profitables aux rosiers.... sans parler les hortensias qui sont devenus gigantesques chez moi...
    Bises

    RépondreSupprimer
  14. Bonsoir Florence,
    Zut vous étiez tout près....
    Cette année effectivement on commence à retrouver le jardon d'André Eve, les 3 années de travail menées par les bénévoles commencent enfin à payer....
    Bises

    RépondreSupprimer
  15. Violetta est une petite merveille !
    Aude.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

La bouture à l’étouffée

Les championnes du régime sans eau

Paul transon, un gentil géant.

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

La floraison des rosiers

La fin d’une espèce invasive : les ailantes

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence