Les Epimedium ou Fleurs des Elfes

Epimedium Night Mistress 


Epimedium Amber Queen au fond
et Rubrum devant


En ce moment, c’est la floraison des Epimedium  ou « Fleurs des Elfes » en langage vernaculaire. 

Personnellement, même si je n’ai jamais rencontré d’elfe, je veux bien croire que si des elfes se trouvaient sous une fleur ce serait celle-ci, tant les clochettes exquises et délicates ont des allures de couvre-chef elfique.

Plus sérieusement pour apprécier ces vivaces jolies mais discrètes il faut laisser ses yeux se promener au niveau du sol. Elles ne se révèlent qu’aux flâneurs…

Elles ont pourtant beaucoup de qualités, tout d’abord une très jolie et plutôt longue floraison printanière en mars-avril, à une époque où les fleurs ne sont pas nombreuses avec une gamme étendue de coloris : jaune, rose, rouge, blanc et même violet ou bicolore. 

Epimedium versicolor sulphureum, le plus couvrant
Epimedium Orange Koningin
Ensuite elles possèdent de jolies feuilles coriaces, persistantes (pour certaines espèces seulement)  uniformes,  marbrées, veinées ou encore en forme de cœur. 

Dans certains ouvrages on préconise de couper le feuillage avant la fin de l’hiver. Je ne l’ai jamais fait car je ne veux pas m'en priver et parce que je trouve qu’il met bien en valeur la floraison, les nouvelles feuilles n'apparaissant qu'après les fleurs.

Enfin quand vous avez de l’ombre sèche au jardin, comme au pied des arbres, certaines variétés d’épimédium sont très résistantes et y vivent très bien, sans se montrer envahissantes.

Je les ai découverts il y a quelques années dans le jardin d’amis où ils formaient de véritables couronnes autour de noisetiers. J'en suis repartie avec quelques rhizomes que j’ai plantés dans le sous-bois. Depuis, j’ai également acheté d'autres spécimens en pépinière mais tous n’ont pas survécus.


Les clochettes d'Amber Queen se détachent nettement du feuillage
"Flower of sulphur", "Fire Dragon" et "Artic wings" ont disparus très vite. Il ne reste qu'"Amber queen", "Rubrum", "Orange königin", "Night Mistress" et la variété ramenée de chez mes amis assez proche d’"Epimedium Versicolor Sulphureum".

En terme de soins, j’ai gardé un œil sur eux la première année de plantation et je les ai arrosés régulièrement. Depuis, sauf à les saupoudrer d’un peu de compost à l’automne, je ne fais rien d’autre...




Juste m’attendrir devant la beauté de ces fleurs miniatures…










le jeune feuillage vert tendre...

Commentaires

  1. Bonjour, je découvre ton blog en passant sur celui de Béné . Je suis de Touraine, donc pas très loin et nous avons de la famille en Sologne. Je suis fan des épimédiums et ce" Night Mistress" est très beau ; s'il est résistant en plus, il a tout pour plaire. Je pratique la méthode du cartonnage et tonte de gazon sur les massifs pour limiter le desherbage. Ca facilite mais n'empêche pas tout effectivement. Bonne semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Maryse,
      Oui "Night Mistress" est très joli... J'en voulais un qui soit peu plus spectaculaire pour marquer l'entrée du bois. Voilà 3 ans qu'il est là, planté non loin d'un bouleau et pour l'instant il s'en sort. J'aime également Amber Queen qui a un peu le même style et que je trouve encore plus résistant.

      A bientôt

      Supprimer
  2. 'Night Mistress' est magnifique!
    J'en ai quelques-uns aussi, je les adore!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

Les championnes du régime sans eau

La bouture à l’étouffée

Paul transon, un gentil géant.

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence

La floraison des rosiers

Un an ensemble