Rétrospective mai

Mademoiselle Cécile Brunner clg


Les rosiers sur la pergola :
au premier plan "Melle Cécile Brunner clg", au fond "Neige d'Avril"





Avril avait été beau et chaud, puis le froid s'est installé durant tout le mois de mai, les roses ont finalement pris leur temps pour éclore.









Détail de quatre grimpants orléanais : Albéric Barbier (ivoire), Albertine (rose), Paul Transon (cuivré) et Neige d'Avril (blanc).

Pour les accompagner les clématites 
ont déployé leurs longs pétales.

Les vues d'ensemble sont à venir car pour l'instant les floraisons sont ponctuelles et les massifs toujours colorés de vert.

Dans la cour les petites pousses des boutures de buis, que j'avais faites il y a deux ans et que j'ai transplantées au printemps, commencent à émerger de la paillette de chanvre et à dessiner une ligne de contour du massif.




Au jardin des Mille Temps ce sont surtout les grimpants qui se sont décidés : "Mme Isaac Péreire", "Coupe d’Hébé", "Neige d’Avril", "Melle Cécile Brunner clg", "Pink Cloud",  "Paul Transon", "Alberic Barbier" et "Albertine".

Mme Isaac Péreire













En attendant dans les massifs il n’y a guère que "Reine de Violettes", "Velouté d’Orléans" et "Lonette Chenault" tout nouvellement plantés ainsi que "Sunshine", toujours précoce.




Lonette Chenault
allium christophii




Les aulx ont assuré le spectacle et la transition entre la floraison des tulipes et celle des roses.

Je les ai plantés cet hiver dans plusieurs massifs et aussi contre la haie de buis qui court le long de la maison.

J'aime la ponctuation apportée par leurs jolies boules violettes. Ce sont des fleurs très graphiques. Une expérience à renouveler dans d'autres massifs.





Les ancolies et les astrances illuminent les massifs de leurs fleurs délicates.









Elles sont précieuses pour mettre un peu de couleur à l'ombre des rosiers dans le massif nord de la cour.



Les feuillages des hostas permettent aussi de disposer des tâches de couleurs en fond de massif
Dans les massifs au soleil ce sont les pavots orientalis qui tiennent ce rôle.
Pour l'instant, je n'en ai pas beaucoup, il y a les rouges qui étaient là avant notre arrivée, puis j'en planté un blanc et un rose dégotés dans les bacs à vivaces en jardinerie. J'ai également "Patty's plum" mais pour l'instant il n'est pas éclos.
Il y a également les pavots somniferum, ces vagabonds qui se ressèment un peu partout et qui sont très divers dans leur formes, simples ou doubles ou dans leur coloris rouge, rose ou mauve.

Les abeilles les adorent, nous les entendons souvent bourdonner bruyamment à l'intérieur, se délectant du pollen.


au premier plan le viburnum lanarth , les seringas au second plan

Les lilas sont passés et il faudra bientôt couper les fleurs fanées.

Les viornes ont pris le relais : "lanarth" et la grande viorne aubier nous gratifient d’une très belle floraison blanche.



Les seringas embaument l’air.



En s'éloignant de la maison, dans le bois et les haies, les aubépines se sont fanées, c’est au tour des robiniers faux-acacias de fleurir et aux sureaux de déplier leurs ombrelles gracieuses.
Le sureau "Black Lace" détail de la fleur et vue d'ensemble de l'arbuste

Plus loin encore, dans le champ de blé les coquelicots ponctuent l'espace de leurs fragiles pétales...

Commentaires

  1. Lonette Chenault que je ne connaissais pas est bien charmante et Mlle Cécile Brunnerest un rosier que j'adore mais n'ai pas encore, un jour j'espère.Des débuts bien prometteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maryline
      Lonette Chenault ressemble beaucoup à « Marie Pavie » (ou Marie Pavié, on trouve les 2 orthographes) mais elle est plus rose. Je viens juste de le planter je ne peux pas te dire s’il est aussi florifère.
      Tout comme toi j’aime les adorables petits boutons turbinés s’ouvrant en jolies rosettes de Mlle Cécile Brunner. Il existe le polyantha, moi j’ai planté le grimpant.
      A bientôt

      Supprimer
  2. Belle rétrospective de Mai. C'est vrai que nous avons un temps un peu "yoyo". Un coup froid et un coup trop chaud. J'aime beaucoup les astrances mais je me demande si elles ne sont pas trop à l'ombre car elles fleurissent très peu maintenant. Ou alors, il faut les diviser régulièrement. Je vais le faire au printemps prochain.Il est trop tard maintenant.Tes rosiers ont l'air sain. Pas de taches noires ? Si tu veux voir mon Neige d'Avril , je te met un lien
    http://au-gre-du-jardin.blogspot.fr/2015/06/une-annee-parmi-vous.html
    J'ai un "Art des jardins " avec un super article sur les roses Orléannaises . L"as tu ?
    Bon week end ensoleillé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Maryse
      Je n’ai pas pour l’instant de problème de floraison pour les astrances, bien que des variétés comme « moulin rouge » soient peu florifères. Elles sont plantées depuis 3 ou 4 ans et je ne les ai jamais divisées.
      Mes rosiers sont effectivement plutôt sains, ils ont pour l’instant très peu d’oïdium, de marsonia (taches noires) ou de rouille (points oranges aux revers des feuilles). Je les avais nourris l’été dernier et au printemps en leur apportant beaucoup de compost. En revanche ils se sont faits attaqués par des tenthrèdes sortes de laves de mouches qui ressemblent à des chenilles gloutonnes, en 2 ou 3 jours les dégâts sont importants.
      Je suis abonnée à l’Art des jardins et j’avais été ravie de l’article consacré aux rosiers orléanais.
      J’espère que tu profites bien de la floraison de tes roses avant que la chaleur et le vent fasse tout faner. Bises. A bientôt

      Supprimer
  3. bonsoir,
    vraiment un sublime jardin.
    Pourriez-vous me dire à quelle distance du mur plantez-vous un rosier grimpant : je lis tout et son contraire. 20, 30 ou encore 40 cm. Vos précieux conseils me seraient très utile.
    Cordialement à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      J'avoue ne m'être jamais posée la question. Je suis donc allée mesurer la distance entre mes rosiers grimpants et le mur.
      Pour certains je suis à moins de 20 cm, mais c'est normal je les avais plantés dans des hausses de regard en béton derrière ma haie de buis.
      Les autres sont plantés entre 20 et 30 cm.
      J'en ai un qui est planté à 40 cm du mur car à l'époque je m'étais fait la réflexion qu'en l'écartant du débord du toit il aurait plus de pluie. Le résultat pour celui-là est assez laid car les nouvelles charpentières sont trop éloignées des fils.
      Donc la bonne distance semble entre 20 et 30 cm.
      Bonnes plantations
      pS:si vous plantez un rosier maintenant j'espère que c'en est un en pot : il est trop tard pour les racines nues... et je ne sais pas où vous habitez mais surveillez bien l'arrosage car ici il n'a presque pas plu depuis 2 mois

      Supprimer
  4. Bonjour,
    Un grand merci pour votre réponse claire et précise.
    cordialement

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

articles les plus consultés

Les championnes du régime sans eau

La bouture à l’étouffée

Paul transon, un gentil géant.

Rétrospective juillet : des floraisons à foison!

Aménagement de la cour, épisode 2 : la mise en oeuvre sur le terrain

Le sentier aux bassines (le bois jardiné 2)

Le jardin sauvage

Rétrospective mars : émergence

La floraison des rosiers

Un an ensemble